Archives de catégorie : 52 ancêtres en 52 semaines

Résolution généalogique n°1 de 2020

52 ancêtres en 52 semaines – Semaine 1 : Nouveau départ
… pour moi, sosa 3 de mes enfants !

Cette année, pour ce Challenge 52 ancêtres en 52 semaines, que je vais mener pour la 2e fois, j’ai décidé de mettre en pratique ma résolution généalogique n°1 : mieux exploiter les actes notariés de mes ancêtres ! Continuer la lecture

Moi ? Moi et cette année 2019 généalogique


Voilà c’est la fin du Challenge “52 ancêtres en 52 semaines” de l’année 2019 ! C’est la fin d’une année de publications autour de ma généalogie et de celle de mes enfants. J’ai été heureuse de participer à ce challenge mais c’est tout de même long et parfois difficile de tenir une publication par semaine. Continuer la lecture

Le Père Noël !

Quelle trace le Père Noël a-t-il laissé chez vos ancêtres ?

C’est une vieille tradition que celle du Père Noël ! Elle a évolué depuis des siècles empruntant aux différentes cultures européennes et américaines les aspects qui en font l’image qu’on a de lui aujourd’hui. Continuer la lecture

Charles de Machard, une mort héroïque ?


Charles de Machard est mon 10e aïeul. Il vivait dans la seconde moitié du XVIe siècle.

Nous n’avons pas de portrait de lui, mais une signature et les armes de sa famille représentées sur les patentes de l’anoblissement de son grand-père en 1491.

Continuer la lecture

Pauvre mendiant

Quand on débute sa généalogie, parmi les premières informations qu’on repère (en dehors des dates), pour donner vie à nos ancêtres, il y a les professions qu’ils exerçaient. La plupart du temps elles sont liées à la terre, sinon à l’artisanat. Et puis quelques exceptions nous font découvrir des professions plus bourgeoises comme les notaires, par exemple. Mais on a parfois la surprise de découvrir de pauvres gens, des mendiants …

Estampe “Le mendiant”, Gallica

Continuer la lecture

Enrichissement d’un petit parisien

Jean François Mamy est un petit parisien typique. Il nait au lendemain de la Révolution, sans doute vers 1803 dans l’ancien IXe arrondissement où il grandit dans un milieu modeste. Son père est cocher, sa mère est blanchisseuse et fille d’un simple marinier.

Il grandit dans les quartiers de l’Hôtel de Ville et de l’Arsenal. Au moment du décès de son père il n’a pas 15 ans et ils habitent rue Gérard Boquet.

Extrait du plan de Turgot

Je ne sais ni quand ni comment il devient serrurier… Continuer la lecture

Famille Fonteine dans l’Orne

Cette semaine les Américains fêtent Halloween et depuis quelques dizaines d’années les petits français aussi. Mess ancêtres n’ont pas fêté Halloween à ma connaissance, mais ils célébraient la Toussaint et plusieurs ont porté ce nom en nom de baptême. Au début ce prénom a commencé à être attribué aux enfants nés le jour de la fête. Il n’a cependant jamais été très répandu peut-être en raison de la connotation funèbre attachée à la Toussaint, confondue souvent avec le jour des Morts, célébré, depuis le XIe siècle, le lendemain de la Toussaint.

Parmi mes ancêtre un certain Toussaint Fonteine Continuer la lecture