Une catastrophe ? Non plutôt un drame !

Cette semaine 9 de 52 ancêtre en 52 semaines est l’occasion d’évoquer ce que tout parent craint en confiant son enfant à une nourrice, gardienne comme on dit ici en Limousin, ou plus généralement assistante maternelle.

L’histoire se passe en 1651 à Pavant dans l’Aisne, en Champagne chez mes ancêtres de la 13e génération Michel Marquis et Roberde Gerard.

C’est un acte notarié, une transaction qui révèle l’affaire. On y apprend que Jehan Thierry, maçon de son état à confié en nourrice son enfant au couple. Malheureusement, le lundi 2 octobre 1651, à 3 heures du matin, l’enfant a été gravement blessé par un porc. Il en est mort et pour éviter un grand procès, ils transigent devant notaire.

Il est reconnu que le couple Marquis n’a commis ni faute ni négligence. Le père de l’enfant, Jehan Thierry abandonne tout droit de dommage et intérêts qu’il pourrait prétendre. Mon ancêtre Michel Marquis ne réclame aucun remboursement des frais engagés pour l’entretien de l’enfant. Tout ceci en vertu de l’amitié qu’ils se portent.


Source : Notariat de Charly aux A.D. de l’Aisne


52 ancêtres en 52 semaines – Semaine 9 : catastrophe
Challenge de Amy Johnson Crow

2 commentaires

  1. Mais que faisait un nourrisson à trois heures du matin en présence d animaux..je me doute que les animaux vivaient en partie dans les habitations…mais bon..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *