Les oubliés de l’histoire ou presque…

Cette semaine le défi 52 ancêtres en 52 semaines me pose souci ! Le thème est “Presque oublié” et j’ai une super idée pour cela. Mais cette année je me suis ajouté le défi de parler d’actes notariés et là je ne vois pas… Ou alors si mais ce n’est pas un ancêtre mais un collatéral…

Si je vous parle de François d’Apchier de Montbrun oublié des généalogies, fusionné avec son propre père, je suis hors sujet puisque c’est un collatéral… Mais c’est un oublié de l’histoire, ou presque !

Même le Père Anselme s’y est trompé !

Évidemment on retrouve l’erreur chez http://racineshistoire.free.fr par exemple et tous les généalogistes qui ont suivi !

Comment puis-je me permettre de remodeler cette généalogie ? Avec les actes notariés bien sûr ! Allez voir ma démonstration complète, actes à l’appui dans cet article là !


Si je vous parle de Jean Morioux oublié de l’état civil, je suis aussi hors sujet puisque je ne parle pas d’actes notariés… Mais je vais tout de même le faire et en détails car contrairement à Marie Madeleine Manière qui a eu le même souci, ici je m’interroge !

Déjà qui est Marie Madeleine Manière ? C’est ma sosa 77. Alors qu’elle est sur le point de contracter mariage à Paris, elle est confrontée à un souci de taille, elle n’existe pas à l’état civil ! Née pendant la période révolutionnaire, l’officier d’état civil de sa commune de naissance, Marolles-les-Buis (28), a oublié de transcrire son acte de naissance. Il est créé par un acte du tribunal de Première instance de Nogent-le-Rotrou en date du 4 août 1831 (transcrit dans sa commune) et est donné pour le 30 août 1801. Pauvre ancêtre oubliée

Source : Heredis 2020

Grâce à cet acte, elle peut enfin se marier avec Guillaume Chouliac, avoir des enfants et des descendants dont moi !

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

L’histoire de Jean Morioux est assez semblable. C’est le sosa 80 de mon mari.

Source : Heredis 2020

Il a été oublié des registres paroissiaux ! Lors de son mariage à Eymoutiers (87) en l’An VII, il est donné âgé de 15 ans tout comme sa jeune épouse. Une enquête du juge de paix du canton d’Eymoutiers le donne âgé de 15 ans. Bien sûr je n’ai pas retrouvé son baptême 15 ans en arrière ! C’est donc aussi un oublié des registres.

Mais en réalité je m’interroge… Pourquoi ? Parce que certains actes le donne plus jeune !

  • Jean Morioux et son épouse n’ont pas d’enfants avant presque 10 ans de mariage, ce qui est fréquent avec des mariages si jeunes.
  • Son âge à la naissance de ses deux aînés en 1808 et 1813 le donne né en 1782 ce qui corrobore les 15 ans au mariage, ses parents se sont mariés le 4 février 1782 (sa mère a 14 ans).
  • Son âge à la naissance de son 3e enfant le donne né en 1788 et son âge au décès le donne né en 1787.

Et j’ai trouvé à Eymoutiers un Jean Mauriaud des mêmes parents né et décédé en 1786 puis un autre Jean Maury des mêmes parents en 1787. Ah oui la déformation du patronyme ne simplifie pas les recherches ! Et je pense que ce Jean Maury pourrait être l’ancêtre recherché… Mais dans ce cas, il ne se serait pas marié à 15 mais à 11 ans !!! Que croire ?


52 ancêtres en 52 semaines – Semaine 13 : Presque oublié
Challenge de Amy Johnson Crow

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *