Qui aurait pu croire qu’à quelques lettres de la fin du ChallengeAZ j’allais recevoir un acte de mariage concernant mes MAMY ?

Après mon petit séjour à Paris lors des vacances de Toussaint, j’ai découvert que la paroisse Saint-Paul à Paris a une bénévole qui cherche les actes à la demande, une fois par mois, s’il y a assez de précisions. Coup de chance pour le mariage de mon Jean François MAMY avec Marie Jeanne SOELS ! Je les ai déjà évoqué par le passé pour l’élévation sociale du couple ici, pour la profession de serrurier de Jean François MAMY dans ce Challenge à la lettre O et pour la profession de souffleuse de perle et émailleuse de Marie Jeanne SOELS .

D’ailleurs je ne résiste pas à vous remontrer son portrait grâce aux archives de mon cousin Braun.

Peinture représentant Marie Jeanne Soels

Bref je connais depuis longtemps l’existence de leur mariage religieux à la date du 24 juillet 1826 paroisse Saint-Paul.

Plusieurs points sont des énigmes pour moi :

  • la mère de l’épouse, Monique Blanduin est remariée, hors c’est le seul acte qui l’indique, à son décès elle n’est que veuve de Jean Soels ;
  • Jean François Mamy a un oncle J L Saublan qui m’est inconnu ;
  • Marie Jeanne Soels porte également le prénom d’Adèle qui n’est indiqué n’y à la reconstitution de sa naissance, ni à son décès ;
  • Marie Jeanne Soels a un oncle J B Blondeau qui m’est également inconnu.

L’oncle inconnu de Jean François MAMY pourrait-il éclairer son ascendance ?

L’acte de mariage reçu est une transcription manuscrite mais cela m’apporte tout de même des information supplémentaires. Blais Collin est bien indiqué comme nouvel époux de Monique Blanduin, il signe l’acte en tant que beau-père et j’apprends qu’il est marchand de vins.

J L Saublan est Jean Louis Saublan oncle par alliance de l’époux, il est demeure Marché Ste Catherine n°4

J B Blondeau est Jean Baptiste Blondeau oncle par alliance de l’épouse, il est menuisier et demeure Rue Moreau n°23

Mariage religieux Mamy x Soels

Blais Collin marchand de vins reste un illustre inconnu, je ne trouve pas la moindre trace de lui à Paris. J’ai tout de même cherché COLLIN, COTTIN, C*LIN et C*TIN. Mais rien de rien.

Grâce à ces nouvelles informations j’ai, par contre, pu retrouver Jean Louis Saublan sous le nom de Jean Louis Samblant. Il est décédé le 1er mars 1827 dans l’ancien 9e arrondissement, âgé de 66 ans. Il était tôlier et époux de Jeanne Peyrol. Il devait en fait s’agir de Jeanne Perot la tante maternelle de Jean François MAMY que je connaissais veuve en 1814 de Jean Baptiste Turmine. Elle s’est donc remariée ! Mais pas de piste pour mes MAMY, tant pis !

Et du côté de l’épouse, Jean Baptiste Blondeau est vite retrouvé grâce à sa profession et à son adresse mais malheureusement je ne trouve pas en quoi il est un oncle par alliance de l’épouse. Il faut que je creuse ! Je lui ai trouvé deux alliances et trois enfants tout de même. Ce qui m’interpelle c’est que sa deuxième femme porte le même patronyme que la 2e épouse du père de l’épousée Marie Jeanne Soels qui, elle, descend de la 3e union. Il se pourrait que Jean Baptiste Blondeau ne soit pas réellement un oncle par alliance de l’épouse mais un beau-frère de son père… Vous me suivez ?

Conclusion ? Rien de nouveau pour débloquer la branche Mamy mais de nouvelles énigmes !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.