Les nobles de Machard

Les nobles de Machard

Armes: d’argent à trois pals de gueules au chef d’azur chargé de deux lions issants affrontés d’or.

C’est par ma grand-mère, Louise Pellet-Langlais, que je descends de cette famille. Voici un court tableau qui présente l’ascendance directe entre son père et Estiennaz Machard de Chassey:

Source : Heredis 2019


La famille Machard, de Bonne, a des attaches dans le diocèse de Lyon, ces membres sont nobles par leurs charges (secrétaires et conseillers ducaux) dès le XVe siècle; et ils sont anoblis définitivement le 26 mars 1491 par lettres patentes.

La famille se divise en trois branches principales:

  • celle des de Chassey de Loëx, aujourd’hui éteinte.
  • celle des de Chassey de Fillinges, aujourd’hui éteinte.
  • celle des de Chillaz, dont le chef de famille porte, depuis le XIXe siècle, le nom de Thoyre (les barons de Thoyre sont les derniers comtes de Genève).

Notice généalogique:

I – Aymon Machard, de Bonne, est secrétaire de Dame Blanche de Montferrat, duchesse de Savoie.


II – Louis Ier est secrétaire du duc Charles de Savoie. Il est anobli le 26 mars 1491 par Janus de Savoie, comte de Genevois, ce qui sera confirmé le 24 mars 1492 par Blanche de Montferrat. Il aurait épousé Catherine Gros en 1521.

Le château de Loëx
Une famille de Loëx existe dès 1303. Louis Machard achète le château de Loëx peu après son anoblissement vers 1500. Au XVIIIe siècle, le château revient aux Bouvier d’Yvoire par donation, puis est vendu hors de la famille de Machard.

III – Louis II est conseiller, maître de la Chambre des Comptes du Genevois.

Acte pour Louis Machard par Charlotte d’Orléans duchesse de Genevois en 1542
Nomination de Louis Machard comme maître de la Chambre des Comptes du Genevois en 1549

Il entre en charge de l’Office de son père maître de la Chambre des Comptes de Genevois, “parvenu à l’âge d’homme” après 1555.

Nomination de Louis Machard comme maître de la Chambre des Comptes du Genevois en 1555

Il prête serment de fidélité comme ancien noble le 22 février 1563. Il rédige son testament le 4 février 1567. Cet écuyer est seigneur de Chassey par son mariage avec Blaise d’Allyoncourt.

Il acquiert le 22 février 1558 d’Amblard de Lucinge le droit de rachat d’une grange à Chamogney avec 12 poses de terre et 4 seytérées de prés moyennant 150 écus d’or.

IV – Charles, Ecuyer comme son père, est seigneur de Chassey, Chillaz et Covette. Il est maître de la Chambre des Comptes du Genevois et capitaine d’une compagnie de cavalerie lorsqu’il meurt sous les murs du Fort d’Arve, sur le plateau de Pinchat qui domine la rive gauche de l’Arve, entre Carouge et Veyrier, le samedi 12 juillet 1589. Renversé par terre, son cheval ayant été tué sous lui, il fut ensuite percé de plusieurs coups et son corps emporté au fort. Les Genevois échangèrent son corps contre celui d’Abraham Trembley le lundi 14. Il épouse le 21 mars 1566 noble Philiberte de La Thoy.

Le château de Chillaz
Au début du XVe siècle il appartient à la famille de Fillinges, puis aux nobles Ramel, de Genève. C’est en 1575 que Charles seigneur de Chassey l’achète, c’est ainsi qu’il entre dans la famille Machard.
La maison-forte se trouvait au lieu-dit “la lière”. “Sa vétusté était telle qu’en 1654, son propriétaire et occupant, Gabriel de Chassey, dut la quitter. Il fut d’abord hébergé, avec sa famille, par son frère Jean-François, au manoir du chef-lieu, puis s’installa dans la maison de famille de Chamagnoux, paroisse de Bonne.” (in Fillinges et son passé, Lucien Bajulaz, 2005).

Le manoir de Chillaz fut restauré après les guerres du XVIe siècle dont il avait pâti.

V – Alexandre Balthazard Machard de Chassey est capitaine d’une compagnie de gens d’armes, lieutenant colonel du Régiment de Faucigny. Il est co-seigneur de Chassey et Loëx avec son frère Pierre François. Il épouse une certaine Yolande Guastapan, dite sa veuve le 4 juin 1636. D’origine piémontaise, elle serait la nièce d’un évêque italien.

Etabli à Loëx, il y aurait assassiné, avec son frère Pierre François, Jean Naville le 13 octobre 1608. Ce meurtre pourrait être “un acte de vengeance longuement différé” car ce Jean Naville se distingua particulièrement aux côtés des Genevois en 1589-1590. (in Fillinges et son passé, Lucien Bajulaz, 2005).

Ferme de Grangeage par Alexandre de Machard du 5 février 1611 Reçu d’Alexandre de Machard du 19 février 1624
Bail de grangeage du 21 février 1624

VI – Claude Machard de Chassey est seigneur de Pierre. Il aurait épousé Françoise Pellet dont il aurait eu un fils, Jacques, mort jeune en 1679. Il serait décédé le 22 octobre 1681 ne laissant que deux filles naturelles dont Estiennaz reconnue telle. Son héritier universel fut son neveu Nicolas.


VII – Estiennaz Machard de Chassey décède le 11 avril 1722 à Viuz-en-Sallaz à l’âge de 60 ans. L’acte du 28.09.1697 (tabellion de Viuz-en-Sallaz – feuillet 432) la présente comme « Estienna donnée de Machard ».

Elle est mariée à Claude Pellet le 9 janvier 1685 à Viuz-en-Sallaz, par le curé de Loëx.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *