Quand #RDVAncestral rencontre la vraie vie

Quand #RDVAncestral rencontre mon quotidien :

Commençons par le commencement… Ce vendredi 14 février 2020, le petit cahier noir est réapparu dans ma classe ! De quoi s’agit-il ? À la rentrée des classes, un petit cahier noir était glissé au milieu des cahiers orange que j’étais en train de distribuer. Que faisait-il là ? Mystère ! Il paraissait ancien. Avec mes élèves de CM1 nous l’avons ouvert et avons découvert un long message écrit par un petit garçon et sa sœur vivant à la fin du XXIe siècle. Les deux enfants avaient découvert qu’ils possédaient le pouvoir de se transporter dans le temps. Ils s’en sont amusés, sans en informer quiconque évidemment, et se sont retrouvés bloqués dans le passé. Ils demandaient de l’aide ! Puisqu’ils étaient bloqués à la Préhistoire, nous nous sommes renseignés sur cette époque en espérant trouver une solution pour les aider. Nous avons réalisé une maquette de la vie au Paléolithique …

Maquette de ma classe de CM1

… et alors que nous venions de l’achever le cahier a disparu pour réapparaitre quelques jours plus tard avec un nouveau message. Maintenant à chaque fois que nous réalisons un projet sur l’époque où ils sont bloqués, le cahier nous délivre un nouveau message !
Ce vendredi jour de la Saint-Valentin, le cahier est réapparu et, coïncidence, le petit Jules remercie chaudement mes élèves de leur aide et donne un petit bisou sur la joue aux filles ! Nous avons aussitôt attaqué la réalisation d’un château-fort !

En fin de soirée, je me suis installée devant mon ordinateur et ai commencé à éplucher les milliers de photographies d’archives que j’ai prises. Enfin je me suis penchée plus précisément sur ma branche patronymique.

Il est déjà presque minuit et je suis toujours sur cette branche. Je viens de transcrire deux contrats de mariage. Pour le jour de la Saint-Valentin : des contrats de mariage ! La mère des futurs époux est une Françoise Rivet. Non mais vraiment ? Mon ancêtre Estienne Biron a épousé avant 1668 une Françoise Rivet ? Si ce n’est pas une coïncidence ! Moi une Biron, je me suis mariée en 2004 avec un Rivet et mon ancêtre Biron le plus lointain sur lequel je suis bloquée s’est marié à une Rivet !!! Cette découverte fait partie de mes découvertes favorites, c’est sûr ! Et en ce soir de la saint-Valentin, quoi de mieux que de travailler sur un couple ancestral après avoir passé une bonne soirée avec mon chéri ?

Mais il est tard et je m’endors les yeux ouverts… Je suis dans une semi pénombre avec pour toute lumière celle de mon écran d’ordinateur, tamisée… Je cligne plusieurs fois des yeux, il est temps d’aller rejoindre mon lit douillet. Je me lève, un peu vite peut-être car la tête me tourne subitement. Je cligne plusieurs fois des yeux et là je reçois comme un choc ! Plus d’ordinateur, un feu qui s’éteint dans une cheminée… Une cheminée ? Mais je n’ai pas de cheminée ! Où suis-je ? Non ce n’est pas possible, ça a recommencé ?! Je me tourne en tout sens, essaye de distinguer ce qui m’entoure : une table, un banc, des chaises, un lit, non deux, un grand meuble… J’écoute… J’endends des respirations ! Je m’approche de la fenêtre, je ne distingue pas grand chose et puis soudain la lune sort des nuages et illumine la nuit, glaciale, tout est blanc dehors ! Une lande infinie s’étend devant moi… Mais où suis-je ?

Récapitulons, nous sommes en février, il fait très froid je commence à m’en apercevoir, je claque des dents… Il a neigé et pas seulement hier ! Quels ancêtres vivaient sur une telle étendue ? Mes Biron bien sûr ! Non ce n’est pas possible, je suis en Aubrac ? À Repon, hameau de Saint-Urcize dans le diocèse de Saint-Flour ?

Oui je suis sans doute là ! Je vais me pelotonner dans le fauteuil en attendant le lever du soleil. Finalement je m’endors. Je suis réveillée par le bruit environnant. Je vois une femme, la cinquantaine, qui s’affaire près du feu. Elle semble préparer à manger. Des enfants se chamaillent : deux garçons de 13-15 ans et deux filles de 7-10 ans. Je ne comprends pas tout ce qu’ils disent mais ils semblent attendre quelqu’un…

Subitement des voix, des pas annoncent l’arrivée d’un certain nombre de personnes. Un homme ayant la vingtaine et un jeune couple avec une petite fille de deux ans et un nouveau-né entrent et viennent se réchauffer près du feu. Ils se mettent tous à parler il me semble comprendre qu’il est question d’un mariage. Personne ne prête attention à moi ; me voient-ils seulement ?

Un homme entre, plus âgé que tous, la trentaine ou quasiment. Il annonce avec fierté que l’affaire est réglée, le notaire prépare le contrat. Tout le monde le félicite, poignées de mains sont échangées entre les hommes, des frères sans doute vue leur ressemblance. L’homme frotte la tête de son cadet et lui dit le sourire aux lèvres : “tu es le prochain Jean !”

Je ne me souviens pas précisément des dates mais je me souviens très bien avoir remarqué hier soir – hier soir, vraiment ! – que toute la fratrie s’était mariée en février : Henry, Jean, Jeanne et Anne. Seul mon ancêtre, Jean l’ainé, s’était marié en mai. Je n’ai pas la date de mariage de Jeanne l’aînée mariée avant Henry et je ne sais pas ce qu’est devenu Antoine. Mais si je compte bien tout le petit monde qui m’entoure, ils sont tous là : la mère qui est veuve, Françoise Rivet, et ses 7 enfants et son gendre, un Gotty. Ils sont donc rassemblés pour le mariage du fils aîné, Henry Biron !

Source : Heredis 2020

Oh je le “connais” bien ! Il est marchand et s’est marié avec Demoiselle Marie Magdeleine d’Estaing ! Il est mort vers 60 ans sans avoir jamais eu d’enfants de son épouse. Françoise Rivet a passé une procuration le 17 janvier 1697 pour être représentée au contrat de mariage de son fils Henry, à Jabrun. Elle en profite pour décrire les donations qu’elle fait à ses autres enfants pour sa succession.

Le contrat a lieu le lendemain et est immédiatement suivi du mariage lui-même. Henry Biron ne sait soi-disant pas signer son acte de mariage mais il signe son contrat de mariage qui a lieu le même jour ! Étrange, mais pas inhabituel…

Source : archives notariales de Jabrun aux A.D. du Cantal

Revenons à mes Biron. Ils sont là tous près de moi, je les vois… que d’émotion ! Une petite main se glisse dans la mienne et je vois la petite Anne – si je ne me trompe pas – me sourire timidement. Elle m’invite à la suivre, ce que je fais. Peut-être qu’elle pourra répondre à mes interrogations ? Je vais enfin savoir quel lien il y a entre sa mère et les notaires Rivet, qui sont ses grands-parents Biron… Je me lève et la suis donc, je jette un regard en arrière, aperçois Jean mon 9e aïeul puis repars derrière Anne. Elle ouvre la porte qui mène dehors et me voilà éblouie par le soleil ! Je cligne des yeux et …

Oh non ! Je suis dans mon salon. Je n’ai pu poser aucune de mes questions ! Je n’ai aucune réponse à mes nombreuses interrogations !

  • Pourquoi Françoise Rivet ne peut-elle assister au contrat de mariage le 18 février 1697 qui n’a lieu qu’à 8 km de chez elle alors que la veille elle peut se rendre chez le notaire à 3 km ?
  • Qui est la Hélix Peret qui vit avec Estienne Biron et Françoise Peret et leur fils Henry Biron en 1668, la mère d’un des époux ? Bien possible cela expliquerait le domicile à Repon qui semble être le hameau des Peret à cette époque. Ou bien une servante ?
  • Qu’est devenu Antoine Biron après 1712 ?
  • Françoise Rivet dans sa procuration fait des dons à ses filles Anne, Jeanne et Anne mais je lui connais Jeanne, Jeanne et Anne comme filles. La première Jeanne étant alors déjà mariée, elle a dû être dotée et exclue de la succession donc il y aurait une autre Anne que je ne connais pas ?
  • Et bien sûr qui sont les parents d’Estienne Biron et Françoise Rivet ???

Il reste cette étonnante découverte d’unions Biron-Rivet jusqu’à moi Biron épouse Rivet :

Estienne Biron (ca 1645-<1692)
x <1668 Françoise Rivet (ca 1645-1709)
|
Jean Biron (ca 1670-1743)
x1710 Marguerite Constans
|
Etienne Biron (1714-1800)
x1741 Jeanne Bros
|
Jean Jacques Biron (1745-1788)
x1770 Catherine Planchon
|
Pierre Biron (1780-1857)
x1810 Marie Rose Baffie
|
Jean François Biron (1813-1881)
x1848 Marie Jeanne Dieulofes
|
Pierre Biron (1850-1940)
x1880 Suzanne Boussuge
|
Jean Baptiste Biron (1881-1961)
x1903 Jeanne Blanche Marie Guincêtre
|
André Pierre Biron (1904-1984)
x1924 Germaine Alice Frantz
|
André Baptiste Jean Biron (1925-2014)
x1949 Louise Adélaïde Pellet-Langlais
|
mon père
x ma mère
|
moi Estelle Biron
x2004 mon mari G. Rivet


#RDVAncestral et #52Ancestors rencontrent mon quotidien

Voilà mon deuxième Rendez-vous ancestral, un projet d’écriture, ouvert à tous, qui mêle littérature et généalogie. La règle du jeu est la suivante : Je me transporte dans son époque et je rencontre un aïeul. Le troisième samedi de chaque mois, retrouvez ainsi les belles rencontres que vous offrent les passionnés d’écriture :

J’ai pris plaisir à écrire ce #RDVAncestral et encore plus à le conter à ma fille de 9 ans  qui est aussi élève dans ma classe. Elle s’est prise au jeu et est impatiente que je lui raconte celui du mois prochain. Mais elle veut que j’y glisse la présence de chevaux, sa passion !

J’ai encore profité de cette occasion d’écrire pour utiliser le thème de #52Ancestors de cette semaine “Découverte préférée” avec la difficulté supplémentaire que je me suis donnée cette année : utiliser les archives notariales. Cette procuration est l’occasion de découvrir que tous les types d’actes notariés peuvent apporter des informations généalogiques en plus de leur valeur sociétale.


52 ancêtres en 52 semaines – Semaine 7 : Découverte préférée
Challenge de Amy Johnson Crow

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *