L’article où il devait être question de Rio de Janeiro au Brésil… Quand tu tombes sur une page d’erreur, que le site est inaccessible et que tu trouves cette information, c’est le désespoir !

https://www.gov.br/arquivonacional/pt-br/canais_atendimento/imprensa/copy_of_noticias/interrupcao-temporaria-no-acesso-ao-sian-e-outros-servicos-atualizacao-02-11

Mais ouf, le site est à nouveau disponible depuis quelques jours.

Balthazard Auguste MAMY, petit-fils de mon ancêtre Louis Pierre MAMY, est né le 21 août 1830 à Paris ancien 7e arrondissement, fils de Louis Auguste MAMY et de Barbe BOUGARELLE.

Source : A.D. de Paris

Tout l’état civil reconstitué parisien est maintenant en ligne sur les A.D. de Paris CLIC.

J’y ai aussi trouvé son décès ou plus exactement la transcription de son décès datée du 6 novembre 1854. On y apprend qu’il était sculpteur et est décédé à Rio de Janeiro le 14 décembre 1852 à 22 ans.

Source : A.D. de Paris

Pourquoi est-il parti ?

Au XIXe siècle, la dynamique agricole et rurale du Brésil, entretenue par l’immigration européenne, repose sur deux courants migratoires. Dans un premier temps, à partir des années dix-huit cent vingt, des populations d’Europe du Nord et de l’Est débarquent au Brésil où le gouvernement impérial offre des terres. Allemands, Russes, mais aussi Italiens, sans compter les Portugais (Açoriens notamment), alimentent une immigration de peuplement. Elle est destinée à coloniser les plateaux des États méridionaux : le Rio Grande do Sud, le Santa Catarina et le Paraná et faire rempart aux républiques hispanophones voisines. Cette immigration connut un franc succès dans les États du sud du pays, mais ceux de Rio de Janeiro, de São Paulo et du Minas Gerais accueillirent également des colonies de petits agriculteurs. Entre 1850 et 1885, le Brésil enregistre une lente croissance des entrées d’étrangers, passant de quelques milliers à une trentaine de milliers par an. Mais à partir de la fin des années dix-huit cent quatre-vingt, le rythme bondit, dépassant les 100 000 entrées annuelles pour atteindre le volume exceptionnel de 215 000 entrées en 1891. D’ailleurs j’ai déjà évoqué l’émigration à Rio de Janeiro en 1892 avec mon arrière grand-père qui y est né en 1893 CLIC.

J’espérais trouver son arrivée dans les registres d’immigration, connaitre les personnes qui l’accompagnaient, etc mais je ne trouve pas pour la période…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.