Seul au monde, vraiment ?

J’ai déjà évoqué Georges Gontier, le grand-père de ma grand-mère dans cet article CLIC sur les “Petits Paris” du Morvan. Pour rappel l’État Civil nous apprend qu’il est le fils de Omérine Eloïse Joseph Loire. Il est son 2e enfant naturel. Il est né sous le nom de Georges Loire à Paris le 10 décembre 1861. La décision d’abandon le concernant est du 17 et il part pour Château-Chinon (Nièvre) le 19 avec une douzaine d’autres enfants. Il vit dans plusieurs familles d’accueil et s’établit dans un des villages qui l’a vu grandir, Arleuf (58).

Sa mère épouse Octave Jean Bernard Gontier deux mois après sa naissance. Avec son frère aîné Ernest Jean Marie Loire, il est reconnu par l’époux de sa mère mais ils ne le récupèrent pas. Il se marie en 1887 avec Marie Gervais, fille d’un autre “Petit Paris” présenté ici CLIC et d’une Arleuquine de souche. Ils ont une première fille, Jeanne Loire en 1888.

Voilà qu’il apprend d’une façon ou d’une autre qu’il est l’enfant légitimé de Octave Jean Bernard Gontier. Un “chercheur d’héritiers” de l’époque est-il passé par là ?

Un jugement du Tribunal de Première Instance de Château-Chinon de 1891 rectifie son patronyme en substituant celui de Gontier à Loire, pour lui ainsi que sa fille Jeanne.

C’est une lettre retrouvée dans les archives de la famille, échangée avec sa famille paternelle, qui confirme son ascendance. On peut s’y voir dessiner le scénario d’une enquête, enquête de la justice, enquête d’un homme cherchant à savoir d’où il vient.

« Monsieur Gontier

L’on est venue de la préfecture pour me demander après Mr Octave Gontier, il est mort le 11 Juin 1885 et ma belle-sœur l’année après au mois de mars, je suis la sœur de Monsieur Octave Gontier, j’ai du donnée les renseignements que je savais et que je vous joints ci-dessous.

A son mariage mon frère et ma belle-sœur ont légitimé deux enfants qu’il avait eût Ernest qui est mort à l’âge de quatre, Georges a dû être mit aux enfants trouvé personne de la famille ne sait rien il n’y a que moi, après son mariage il a eut trois enfants deux garçons et une fille ma belle-sœur l’a quitté avec trois enfants il a dû mettre le jeune des enfants qui s’appelle Fernand aux enfants trouvé il avait gardé avec lui sa fille qui s’appelle Eloïse qui est marié et demeure rue aux Ours à Paris, l’autre garçon qui s’appelle Octave qui a été élevé à Normandie chez mes parents au Teilleul il habite Paris aussi.

Si vous avez des renseignements a me demender je me ferait un plaisir de vous les soumettre.

Et dite moi qui vous ête

Recevez Monsieur mes sincères Salutations

Ve Gandonnière »

Source : Archives familiales

Je trouve cette lettre tellement pleine de vie, de sentiments… Un petit garçon qui grandit seul, un père qui élève seul sa fille après la désertion de sa femme, un autre fils qui grandit seul placé à l’assistance également, un autre fils encore qui grandit avec des grands-parents âgés… Et cette tante paternelle seule de la famille à être au courant de l’existence de ce neveu… Quoi de mieux pour illustrer ce thème “Solo” du défi 52 ancêtres en 52 semaines !

Et dire que son plus jeune frère, Fernand Octave Julien Gont(h)ier a grandi placé à Autun, à 27 km du village où lui-même a grandi ! Ils se sont peut-être rencontrés lors d’une foire sans le savoir, qui sait ?

Est-ce avec cette découverte familiale, qui fait de cet homme jusqu’alors seul au monde le membre d’une grande famille, que mon trisaïeul devint le “Père la Gloire” ?


52 ancêtres en 52 semaines – Semaine 27 : Solo
Challenge de Amy Johnson Crow

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *