Marie Pauline Leramey : une branche qui s’arrête

Sosa 62 – Marie Pauline Leramey


Je l’ai déjà évoquée par deux fois, ici avec les couturières et là avec son époux Bienaimé Jean Traisnel.

La voici avec sa famille, son mari et leurs trois enfants, vers 1905 :

Elle était née le 13 juillet 1857 à Varenguebec, au Grand Hameau, enfant naturel de Jeanne Marie Leramey.  Cette dernière avait déjà eu un fils naturel en 1845. Elle a reconnu ses deux enfants en 1875.

Pourquoi cette reconnaissance ? En fait, la simple mention du nom de la mère dans l’acte de naissance ne suffisait pas à établir la filiation. Le Code civil disposait originellement qu’en l’absence de reconnaissance maternelle, la filiation d’un enfant naturel n’était pas établie à l’égard de la mère et n’entrainait aucun effet juridique !

Entre ces deux naissances, elle s’était mariée le 28 juillet 1850 avec Jean Charles Philippe (un veuf de 54 ans sans enfants) dont elle eut deux enfants en 1851 et 1852, avant qu’il ne décède en 1854. Rosalie Célestine Philippe mourut en 1870 à l’aube de ses 19 ans et Jean Gustave Athanase Philippe se maria en 1882 avec une cousine-germaine de son beau-frère Bienaimé Jean Traisnel.

En effet, deux ans auparavant, Marie Pauline Leramey avait épousé Bienaimé Jean Traisnel un journalier domicilié à Varenguebec mais originaire de Montgardon. Ils eurent 4 enfants que j’ai déjà présentés dans l’article de leur fille ici.

Source : Heredis 2020

Ils s’éteignirent à 75 et 86 ans après avoir connu 2 de leurs arrière-petits-enfants : ma grand-mère et sa sœur.

J’ai un minuscule petit espoir de découvrir son père dans son contrat de mariage que je n’ai pas consulté. Peut-être est-ce le déclarant de sa naissance, qui sait… Mais j’ai quand même peu d’espoir ! Alors à moins d’un miracle, il n’y aura pas de sosa 126. Il n’y aura donc pas de sosa 252, ni de 505, ni de 1010, ni de 2020… Mes recherches s’arrêtent là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *