Pantaléon Mondeguerre, un enfant naturel

Un beau soleil, un éblouissement. Pas de surprise, c’est une #RDVAncestral. Je commence à bien connaitre les symptômes. Et avec bonheur j’ai rencontré mon Pantaléon. Pantaléon Mondeguerre !

Un prénom peu courant associé à un patronyme poétique ça donne un cocktail intéressant !

Pantaléon, quel prénom !

Il viendrait du grec et signifierait “tout miséricordieux“.

En dehors de cette branche, je n’ai qu’un seul autre ancêtre avec ce prénom, Pantaléon Vanesme (ca 1610-av. 1666) à Saint-Martin-du-Tertre, dans l’actuel Val-d’Oise.

Un enfant naturel

Cet ancêtre est mon 10e aïeul. Sa vie s’est révélée aussi intéressante que son nom !

Il est né le 30 janvier 1643 à Argenvilliers. C’est le fils naturel de honorable homme Estienne Montdeguerre, procureur en cour laie, de Saint-Denis-d’Authou, et de Denise Buslou fille de Pantaleon.

Il reçoit donc à son baptême le prénom de son grand-père maternel, qui est aussi le prénom d’un oncle maternel et d’un cousin germain maternel.

R.P. d’Argenvilliers

Il est décédé le 2 février 1723 à Saint-Hilaire-des-Noyers à 80 ans. Une longue vie. Mais quelle vie a-t-il vécu ? C’est ce qu’il m’a conté lors de notre rencontre !

Alors que j’écrivais cet article, j’ai été éblouie par le soleil de ce mois de juin. Comme me disait ma fille cadette quand elle était petite il “éclabousse mes yeux”.

Après un clignement, je me suis retrouvée ailleurs, dans une autre époque. J’étais sur le bord d’un chemin quelque part dans la campagne. Un peu perdue, j’ai regardé autour de moi dans l’espoir de reconnaitre quelque chose. C’est alors que j’ai aperçu un groupe qui venait vers moi. Ils sont passés, portant un nouveau-né. Je me suis doutée qu’ils allaient ou revenaient d’un baptême. Un homme déjà âgé m’a salué. Je n’ai pu m’empêcher de lui emboiter le pas. Tout en marchant, nous avons engagé la conversation.

“Moi c’est Pantaléon. Et toi ?

– Estelle.

– T’es pas d’ici toi ?

– Non.

– On vient de baptiser mon petit-fils Etienne. Etienne comme son pères, comme mon frère et comme mon père, Dieu est son âme. C’est ma belle-sœur la marraine. Mon frère l’est déjà parrain de mon fils, le père du bébé.

– Mmm

– Regarde-le mon frère, i’ fait son fier ! Mais l’est pas méchant. C’est pas comme l’autre ! I’ me suivait partout quand l’était môme. Sa mère elle n’aimait pas ça ! Le bâtard, il était pas assez bien pour ses mioches. Mais mon père, lui, il m’aimait bien. Quand j’ai eu l’âge, il m’a confié sa métairie de La Prinsetière ! Les petits, i’ me connaissent pas, c’ sont les Miolais qui les ont élevés ! Pfff

– Qui ?

– Les Miolais, des qui se croient mieux que tout le monde ! Mon père, l’est mort il y a 25 ans et sa femme le mois avant lui. Mes frères, i’s avaient juste 11 ans, 3 ans, 2 ans et 6 mois. Le petit dernier c’était mon filleul mais l’est mort à un an, Dieu est son âme. Je l’ai jamais revu. Ils les ont emmenés et m’ont chassé. Etienne il est revenu. La Prinsetière, elle est à lui. Il a pris mon fils, qu’est son filleul, pour le mettre au travail. Les autres ils veulent rien avoir avec nous. Le Guillaume il est quand même venu au mariage de mon fils mais l’Antoine ! Il a l’âge de mon fils mais i’ nous fréquente pas. Mon père il a eu ses bâtards avant d’épouser la Miolais, j’avais déjà 20 ans. Elle a pas réussi à m’évincer ! C’est quand mon père est mort que ça s’est gâté ! Mon oncle Guillaume, il a essayé de m’aider, j’avais une femme et mon petit Etienne déjà ! Il a repris l’étude du Père. Il était notaire mon père ! Guillaume aussi l’est mort, depuis 15 ans je crois bien. Oh, nous v’là d’jà rendus. Regarde notre Prinsetière !”

J’ai regardé devant et j’ai aperçu un ensemble de bâtiments, La Prinsetière. Une métairie qui sent la richesse ! J’ai buté sur un caillou du chemin et quand j’ai relevé les yeux j’étais chez moi !

Pantaléon Mondeguerre, avant la mort de son père, est fermier partiaire pour lui de la métairie de la Prinsetière. Elle représente 60 arpents de terres, ce qui n’est pas négligeable.

Le métayage partiaire
Le métayer partiaire est celui qui s’engage à cultiver les terres d’un propriétaire comme le fermier, mais qui, au lieu de payer une redevance fixe, partage par moitié avec le propriétaire le produit de la récolte. Le bailleur est tenu des grosses réparations, le métayer des réparations locatives ; celui-ci est obligé de résider dans les bâtiments d’habitation et il répond de l’incendie, des dégradations et des pertes arrivées pendant la durée du bail, sauf à prouver qu’il n’y a point de sa faute. Le bailleur conserve les droits de chasse et de pêche et dirige les travaux, le mode de culture, l’achat et la vente des bestiaux suivant les conventions et les usages des lieux. La mort du métayer résout le bail. La perte de la récolte par cas fortuit est supportée par le propriétaire et le métayer, chacun pour sa part. La perte de la chose louée par cas fortuit entraîne la cessation du bail ; si une partie de la chose louée a seulement péri, le bailleur peut se refuser à la rétablir ; mais en ce cas s’il en résulte la résiliation du bail, le propriétaire doit indemniser le métayer des dépenses extraordinaires qu’il a faites et du profit qu’il en aurait retiré ; il en est de même en cas de vente. Le bailleur a, sur la part du métayer dans les récoltes, un privilège pour le paiement de ce qui lui est dû. Les procès relatifs au contrat de métayage sont de la compétence du juge de paix ; les réclamations du bailleur et du métayer se prescrivent par cinq ans.

Bien que bâtard, son père prend donc soin de son avenir en lui fournissant de quoi vivre. Pantaléon est même parrain de son dernier demi-frère Martin Mondeguerre né en 1679 alors que leur père a 72 ans. Il est aussi témoin au décès en 1697 de son neveu Estienne Mondeguerre, âgé de moins d’un an. Ses demi-frères Estienne et Guillaume Mondeguerre sont témoins au mariage de son fils Estienne Mondeguerre, qui est donc leur neveu, en 1700.

Ensuite, peut-être évincé par les héritiers légitimes, il n’est que journalier, statut bien plus précaire qui le mène à travailler dans différentes paroisses environnantes.

Pantaléon Mondeguerre semble s’être marié une première fois avec Barbe Chastel, fille de son village dont il a une enfant Barbe Mondeguerre mariée le 7 novembre 1689 à Thiron Gardais avec René Moreau.

Il épouse ensuite Anne Bance, fille de Charles Bance et de Eleine Denis. Ils ont 11 enfants dont seuls un garçon prénommé Estienne et une fille, Françoise Marguerite, ont eu une postérité.

Le fils ainé appelé Charles comme son grand-père maternel, a pourtant eu pour parrain son grand-père paternel naturel, Estienne Mondeguerre. Il faut ensuite attendre leur 6e enfant pour retrouver un membre de la famille paternelle avec pour marraine, une cousine issu de germain du baptisée. L’année suivante, le parrain d’un nouvel enfant est le demi-frère du père de l’enfant, plus exactement l’ainé de ses frères légitimes, Estienne Mondeguerre, l’héritier qui n’a que 10 ans. c’est mon ancêtre Estienne Mondeguerre et il a donc pour parrain l’aîné de ses oncles paternels qui d’ailleurs assistera en 1700 à son mariage.

Arbre des Mondeguerre

Les liens sont donc toujours là entre la branche légitime qui occupe une place dans la société de l’époque comme gros propriétaires et la branche bâtarde qui n’exerce que des tâches subalternes telles que journaliers et hommes de peine ! Mais c’est l’une des dernières fois où les deux branches se côtoient… Le fils cadet, Antoine Mondeguerre né en 1677 semble avoir totalement coupé les ponts avec ses ainés. Il devient procureur fiscal et ses descendants notaires. Il s’installe quelques kilomètres plus au sud.

Enfant naturel, Pantaléon Mondeguerre n’est pas ignoré de son père, pas plus que son frère Jean qui décède le 3 juillet 1676 à Saint-Denis-d’Authou. Il a un autre frère naturel, peut-être mort enfant, de Rogère Grille, Louis qui est né en 1661 à Frétigny.

Les enfants naturels ne sont pas toujours ignorés de leur père comme on a tendance à le croire. En tout cas il y a une réelle différence, je pense, entre les enfants naturels de l’Ancien Régime et ceux du XIXe siècle. Tout comme il doit y avoir des différences régionales. J’ai d’ailleurs déjà évoqué les “donnés” savoyards dans un article ici : CLIC

Voici fini mon article qui répond également au Généathème de juin 2022: Enfants nés hors mariage.

Suivront d’autres articles sur cette famille Mondeguerre qui paraitront les lundis, ou pas…


#RDVAncestral

Ce projet d’écriture, ouvert à tous, mêle littérature et généalogie. La règle du jeu est la suivante : Je me transporte dans son époque et je rencontre un aïeul. Le troisième samedi de chaque mois, retrouvez ainsi les belles rencontres que vous offrent les passionnés d’écriture :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.