La famille Rondeau entre dans mon ascendance avec Marie Madeleine Rondeau dont j’ai longuement parlé à propos de sa succession et de son mariage ici et .

Mais quelle était sa famille ? D’où venait-elle ?

Je l’ai remontée jusqu’au début du XVIIe siècle dans une petite commune de Sologne, Contres. Paul Rondeau et Jeanne Legrand y ont une fille Nicole Rondeau qu’ils font baptiser le 29 octobre 1634 dans le village voisin d’Oisly. Elle se marie par deux fois en 1657 puis 1675 et meurt en 1689 à 54 ans. Ils ont également un fils, appelé aussi Paul.

Paul Rondeau passe toute sa vie à Contres où il exerce la profession de cordonnier. Il décède le 8 avril 1681 à 58 ans laissant 5 fils. Son épouse Jeanne Fagot était morte un mois avant lui le 3 mars 1681. Ils s’étaient mariés le 24 novembre 1659 à Contres.

Leur fils Antoine Rondeau, baptisé le 8 juin 1665 à Contres, est allé vivre un temps à Louveciennes entre Versailles et Saint-Germain-en-Laye, dans les Yvelines car lors de son mariage il y demande une publication de bans.

R.P. de Louveciennes (A.D. des Yvelines)

Étonnant ! Quand je cherchais une toute autre branche de mon ascendance sur Louveciennes j’avais noté cet acte Rondeau et le jour où j’ai découvert le mariage entre Antoine Rondeau et Françoise Cabaret à Contres le 15 février 1694 qui citait Louveciennes, je m’en suis immédiatement souvenue et ai retrouvé la mention dans le registre. Il était taillandier, peut-être l’est-il devenu après son mariage car sa femme était veuve d’un taillandier.

Ils ont à leur tour eu un fils Antoine Rondeau né la même année, le 21 novembre. Devenu cabaretier, il s’est marié le 27 juin 1729 à Cheverny avec Marie Letort qui est une fille du notaire Henry Letort.

Leur fils Antoine Rondeau s’installe charron à Versailles. Il suit les traces de son grand-père en revenant à quelques kilomètres de Louveciennes. Il s’y marie en 1763. Entre 1774 et 1777 il devient marchand fruitier. Et en 1785 on apprend qu’il est plus particulièrement fruitier-oranger lors du mariage de sa fille aînée, mon ancêtre Marie Madeleine Rondeau qui est aussi fruitière-orangère.

Son épouse, Marguerite Courcher, est marchande verdurière. Je leur ai trouvé 5 enfants tous nés à Versailles en 1766, 1767, 1769, 1770 et 1774. Antoine Rondeau meurt en 1811 à l’Hospice de Versailles, il est dit âgé de 68 ans et originaire de Blois. Rappelons-nous, il était né tout à côté à Cheverny.

Son épouse Marguerite Courcher meurt 10 ans plus tard le 28 novembre 1821. Et là pour moi c’est une énigme ! Voyez plutôt.

Son décès est déclaré par son fils Jean André Rondeau âgé de 51 ans, capitaine retraité, demeurant Rue des Missionnaires n°31.

Mais dans la table de l’enregistrement je vois que son héritier est Pierre Léon Rondeau et que la succession est du 23 mai 1823. Je regarde donc la succession et je tombe sur un os !

A.D. des Yvelines

Deux héritiers sont indiqués pour hériter par moitié de 58 francs (mobiliers) : Pierre Léon Rondeau tailleur demeurant rue du Plessis n°17 qui agit pour lui et son frère Claude François Rondeau militaire en activité de service.

Je ne connais aucun de ces deux supposés fils ! Je connais seulement :

  1. Marie Madeleine Rondeau (1766-1840), mon ancêtre
  2. Marie Christine Rondeau (1767- ? )
  3. Antoine Pierre Rondeau (1769-1771) s.p.
  4. Jean André Rondeau (1770-1852)
  5. Gilles Rondeau (1774-1783) s.p.
  • Marie Madeleine Rondeau a reçu son héritage en avance en dot ce qui explique son absence de la succession, je pense.
  • Je n’ai pas trouvé le décès de Marie Christine Rondeau ou son mariage.
  • Antoine Pierre Rondeau et Gilles Rondeau sont morts enfants.
  • Jean André Rondeau s’est marié avec contrat le 27 mars 1817 (Me Antoine Nicolas Desjardins 3E44/312). A-t-il eu son héritage à ce moment-là comme sa sœur ainée pour être absent de la succession ? Il faut que je récupère ce contrat ! Jean André Rondeau a reçu la légion d’honneur (CLIC).

Mais où sont nés Pierre Léon Rondeau et Claude François Rondeau ? Ce sont-ils mariés ? Quand et où ? Et où sont-ils morts ? Beaucoup d’interrogations…

Aussi je me demande s’il n’y a pas eu usurpation, captation d’héritage ? Ou une simple erreur de rédaction… À moins qu’ils aient vraiment existé et que la succession se soit faite en plusieurs fois comme on me l’a suggéré ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.