Marc de Beaumont de Rochemure

C’est l’histoire du lieu qui va me donner la clé à l’énigme de Gabriel de Beaumont / La Tour, évoqué dans mon dernier article, en la personne du seigneur local : Marc de Beaumont de Rochemure. La recherche du patronyme Beaumont à La Besseyre-Saint-Mary (43) va révéler l’existence d’une famille de Beaumont de Rochemure et plus particulièrement de ce personnage. Qui est-il et quel est son lien avec Gabriel ?

Un certain nombre d’ouvrages historiques, nobiliaires et généalogiques le mentionne. Mais le livre qui sera la base de ma connaissance à son propos est La baronnie du Besset, de Pierre Cubizolles, que m’a si gentiment conseillé Marc Dance.

Une autre source non négligeable est le notariat local, bien sûr !


Marc de Beaumont de Rochemure est un chevalier, baron du Besset, Seigneur de la Tour, d’Allenc et du Lignon et co-seigneur de Saint-Quentin. Voici ce que j’ai réussi à reconstituer de sa vie d’après les nombreuses mentions le concernant.

Marc de Beaumont de Rochemure voit le jour sans doute en 1606. Dès 1607 il est mentionné dans le testament de son grand-père, Claude de Beaumont qui le substitue à son père Aynard de Beaumont.

Une petite sœur agrandit la famille en 1607 comme nous l’apprend son baptême à La Besseyre-Saint-Mary (43).

Leurs parents, Aynard de Beaumont et Cécile du Vernet de La Garde, ont passé leur contrat de mariage le 26 juin 1603.

Le 26 avril 1626, Marc de Beaumont de Rochemure épouse par contrat Jeanne de Thorrenc du Lignon fille de Jean et de Ylaire du Vernet de La Garde, qui se trouve donc être sa cousine germaine… Elle est veuve de Jacques de Fay et en a eu un fils Hector dont elle partage plus ou moins bien la garde avec sa belle-mère…

Il ont 3 enfants ensemble, ou un seul…
Les sources postérieures identifient comme un seul et même fils Jacques Gabriel de Beaumont de Rochemure, Seigneur du Lignon et de Cublaise et Jean Joseph de Beaumont de Rochemure, chevalier, Seigneur du Besset, de Lignon, Saint-Maurice et de Costechaude. J’ai bien du mal à croire que ce soit un même et unique fils. À moins d’une preuve le certifiant, j’y vois deux fils.

  • Jacques Gabriel de Beaumont de Rochemure est mentionné au moins en 1666 et sans doute dès 1657 (1 H 206 aux A.D. 43) dans un conflit avec l’Abbaye de La Chaise-Dieu. Un décret de prise de corps à lieu avant 1667, lancé à la requête de son père (B92n aux A.D. 31). Non mentionné par la suite, je le suppose alors décédé.
    Il passe un contrat de mariage avec Marie de Prévenquières en 1660 (25 J 136 aux A.D.48) ; sera-t-il suivi d’une union, d’une descendance ?
  • Jean Joseph de Beaumont de Rochemure se marie quant à lui le 20 mars 1670 au Puy avec Antoinette de Fillière de Charrouille. Il serait né en 1644.
  • Hilaire de Beaumont de Rochemure peut sans doute être ajoutée à la fratrie, religieuse au prieuré de Saint-Thomas en Forez.

Alors que son épouse Jeanne de Thorrenc vit toujours, Marc de Beaumont de Rochemure entretient une liaison avec une certaine Dame Cécile de Thorrenc qu’il établit dès avant 1645 dans sa métairie de Hontés Bas

De cette union illégitime naissent de nombreux enfants :

  • Gabrielle de Beaumont qui épouse par contrat Estienne Blanc, Sieur de La Rouzière à Rosières (43), fils d’un notaire royal, le 7 novembre 1658 devant Me Chabanel à Saugues (43). Elle reçoit en dot 1200 livres de son père et 300 livres de sa mère.
  • Marguerite de Beaumont mariée déjà par deux fois en 1670 avec Gilbert de Reynaud, Sieur de La Saigne, puis avec le Sieur Pol Abbe.
  • Antoine de Beaumont, écuyer, Sieur des Broussoux qui serait né vers 1650.
  • Anne de Beaumont
  • Marie de Beaumont qui épouse par contrat Jean de Verny (un ancêtre dont elle est la seconde épouse) le 28 août 1680 devant Me Chabanel à Saugues (43).
  • Gabrielle de Beaumont qui épouse par contrat Antoine Couret le 16 janvier 1680 devant Me Chabanel à Saugues (43).
  • Gabriel de Beaumont né vers 1657, Sieur de Beauregard puis de La Tour. Voici enfin “mon” Gabriel de Beaumont / La Tour évoqué dans mon dernier article.
  • Isabeau de Beaumont, citée encore en 1681
  • Joseph de Beaumont, vivant en 1670
  • Fulqueran de Beaumont né en 1662 et mort à Chaliers en 1686.

Devenu veuf, Marc de Beaumont de Rochemure épouse sa maitresse, Dame Cécile de Thorrenc le 14 juillet 1661. Le mariage est célébré par le Sr Chambonet à Monistrol-sur-Loire (43) d’après leur contrat de mariage du 22 juin 1662 (source: 3 E 590 142 – A.D. 43). Les mariages sont manquants pour la période, mais c’est bien le nom du curé de l’époque.

Le contrat de mariage déclare l’existence de 7 enfants qu’ils veulent reconnaitre naturels et légitimes, à savoir : Anne, Marie, Gabriel, Gabrielle, Joseph, Izabeau et Fulqueran, non encore baptisé, c’est donc un nouveau-né.

Les 3 ainés doivent être nés du vivant de la première épouse. Adultérins, ils ne peuvent sans doute pas pouvoir prétendre à la légitimité : Gabrielle, Marguerite et Antoine.

Grâce aux preuves de noblesse présentée en 1669 en Auvergne, Languedoc et Dauphiné, on peut donner des années de naissance aux fils de Marc de Beaumont de Rochemure :

  • Jean Joseph de Beaumont de Rochemure (fils du 1er lit), 25 ans né vers 1644
  • Antoine de Beaumont de Rochemure, 19 ans donc né vers 1650
  • Gabriel de Beaumont de Rochemure, 12 ans donc né vers 1657
  • Joseph de Beaumont de Rochemure, 8 ans donc né vers 1661
  • Fulcran de Beaumont de Rochemure, 6 ans donc né vers 1663 mais on sait par ailleurs qu’il est tout juste né en juin 1662.

On y apprend aussi que c’est sa seconde femme Cécile de Thorrenc qui présente les pièces justificatives. Elle déclare que son époux Marc de Beaumont de Rochemure est victime de la goutte depuis 5 ans, il est âgé de 63 à 64 ans. Il porte pour armes, d’argent à la fasce d’azur, chargée de trois fleurs de lys d’or, à la couronne de comte.

Marc de Beaumont de Rochemure est un homme d’affaire, il afferme sa seigneurie d’Allenc avant de la vendre pour la modique somme de 33 000 livres ! Il passe de nombreux contrats qui lui évitent de s’occupe lui-même de ses terres mais qui lui garantissent des revenus non négligeables tant financièrement qu’en nature. La métairie du Besset lui rapporte la moitié des fruits, celle d’Hontès-Bas des céréales, celle de Broussoux entre-autres des fromages, celle des Bineyres lui rapporte une belle somme. La plupart des moulins sur les terres du Besset lui appartiennent. Il autorise l’installation de verreries moyennant finances, verres pour le service à table et bouteilles communes. Il vend une vigne qu’il possède plus au nord contre vin et colle de pêcher en rente annuelle et perpétuelle.

Heureux en finances, il agrandit et embellit son château de La Grange à Desges. Mais sur la fin de sa vie, il doit avoir fait de mauvaises affaires financières car il accumule les dettes en Dauphiné sur les terres de ses ancêtres ! Il y est entre-autre question d’affiquets (petits bijoux ou objets de parure agrafés aux vêtements ou à la coiffure) achetés par son épouse en 1666 et non payés pour 389 livres tout de même ! Il demeure alors à l’Hôtel de la Monnaie à Grenoble.

Hôtel des Monnaies – Grenoble, Isère

Le conseiller Guérin de Tencin va profiter de toutes ses dettes pour faire mettre aux enchères et remporter la terre et le château de La Tour !

Marc de Beaumont de Rochemure fait rédiger son testament le 6 mars 1670 devant Me Chabanel de Saugues. Il demeure alors en son château du Besset, dans la salle basse.

Carte de Cassini

Le château était flanqué de 4 tours et se situait à l’extrémité d’un éperon rocheux en surplomb de la Desges. Il ne reste plus aujourd’hui que des tas de pierres même si la photo aérienne de 1950 montrait un peu plus de ruines.

Château du Besset

Et surtout cette ancienne carte postale du début du XXe siècle qui montre encore des bâtiments en élévation.

C’est donc dans ce château que Marc de Beaumont de Rochemure fait son testament. On y apprend qu’il souffre d”une maladie très douloureuse, “il ne peut signer à cause de son infirmité de goutte perpétuelle étant perclus des mains.” Un acte rédigé deux jours auparavant indiquait qu’il “est depuis de longues années en décrépitte et perclus tant des mains que des pieds ainsi qu’il est nottoire en tout le voisinage. Il ne peut signer à cause de son infirmité de goutte perpétuelle.” On imagine cet homme âgé en 1670 de 64 ans environs, souffrant depuis de longues années au point de ne plus pouvoir quitter son lit sans doute.

C’est un acte remarquable par les détails qui y sont fournis.

Il y fait des donations à son épouse, ses enfants et petits-enfants :

  • son épouse Dame Cecille de Torranc sa bien aimée femme dame du Besset,
  • Messire Jean Joseph de Beaumont de Rochemure écuyer sieur de Saint-Maurice son fils légitime et naturel de défunte Dame Jeanne de Torranc,
  • Nobles Antoyne, Gabriel, Joseph de Beaumont de Rochemure enfants mâles légitimes et naturels de Dame Cecille de Torranc,
  • Damoiselles Marie, Gabrielle et Yzabeau de Beaumont de Rochemure ses filles légitimes et naturelles de Dame Cecille de Torranc,
  • Damoiselle Anne de Beaumont de Rochemure sa fille légitime et naturelle de Dame Cecille de Torranc à cause de son incommodité ne pouvant se colloquer en mariage ni entrer en religion,
  • Damoiselles Gabrielle et Marguerite de Beaumont de Rochemure ses filles et femmes à présent des Sieurs de La Ronzière et d’Abbet
  • Sieur Pol Abbet son beau-fils
  • Laurence Marie, Marie Catherine, Fulquerant et Justine (sa filleule) Blanc enfants d’Estienne Blanc Sieur de La Rouzière et de Damoiselle Gabrielle de Beaumont de Rochemure ses petits-enfants,
  • Damoiselle Marie de Reynaud fille de noble Gilibert de Reynaud Sieur de La Saigne de Desges.

Il n’oublie pas ceux qui l’assistent et en particuliers ses domestiques. Il fait des donations à :

  • Me Michel Astruc docteur en médecine du Malzieu (son bois de Chauffage sa vie durant dans les Bois de Broussoux et Sollier)
  • Me Balthezard Nozerines apothicaire de Langeac (30 livres)
  • Vidal Vedrines et Estienne Mathieu ses domestiques (20 livres chacun)
  • Laurens Conte et Pierre Clavières ses valets (en plus de leurs gages, 5 livres chacun)
  • Jacques Levesque et Claude Mallesson, ses laquais (en plus de leurs gages, 4 livres chacun)
  • Damoiselle Marie de Reynaud fille de noble Gilibert de REYNAUD Sieur de La Saigne de Desges (6 livres)
  • Jeanne Portal et Jeanne Bonnassier ses servantes (en plus de leurs gages, 9 livres chacune)

Il nomme comme tutrice et administratrice de ses enfants : Dame Cecille de Torranc leur mère, et son héritier universel et général : noble Fulquerant de Beaumont de Rochemure son fils légitime et naturel de Dame Cecille de Torranc.

Pourquoi est-ce le petit dernier qui n’a que 8 ans au maximum qui est l’héritier universel et général ? Sans doute parce que c’est le seul dont la légitimité ne peut être contestée par l’aîné. En effet, c’est le seul qui est né après le mariage de Marc de Beaumont de Rochemure avec sa maitresse Cécile de Thorrenc.

Si tout semble bien en ordre, le testament se finit tout de même par un passage bien particulier :

Pour la décharge de sa conscience afin que son âme devant Dieu ne soit chargée que le bref qu’il a obtenu de Notre Saint-Père le Pape pour la confirmation de son mariage avec Damoiselle Cecille de Torranc, l’exécution duquel étant renvoyé à Mr l’Official à Saint-Flour il soit poursuivi jusqu’à jugement définitif pour l’établissement de sa dite famille et repos de sa conscience.

Source: Testament – SAUGUES 3E 488/153 Me CHABANEL

On découvre ainsi que celle qu’il dit être sa femme et qui agit comme telle n’est pas encore reconnue comme telle par l’Église. Quelle pourrait en être la raison ? Bien sûr, ce qui me saute aux yeux depuis le début c’est le nom de famille identique à celui de sa première femme…

À suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.