Le mariage est un contrat entre un homme et une femme qui s’engage à vivre toute leur vie ensemble.

  1. Le mariage, un sacrement
  2. Avant le mariage: les fiançailles …
  3. Le jour des noces
  4. Les secondes noces et les familles recomposées
  5. Le divorce
  6. Le concubinage et les bâtards

4. Les secondes noces et les familles recomposées

  • Réglementation des secondes noces
  • Les familles recomposées: parentés complexes

Réglementation des secondes noces

Elles sont permises mais réglementées.

  1. Réglementation concernant l’épouse:
    Les veuves doivent garder le deuil un an, afin d’éviter l’incertitude qu’une grossesse pourrait causer et le trouble que cela pourrait apporter dans les familles. Excepté dans le ressort du Parlement de Paris, elles sont déclarée “infâmes” et perdent beaucoup de droit successifs.
  2. Réglementation concernant l’épouse ou l’époux:
    A Paris, il existe l’Edit des secondes noces qui diffère en deux points du Droit écrit:
    – les veufs ou veuves remariés ne perdent pas la propriété des avantages qui leur était échue par leur veuvage
    – les parents peuvent hériter de leurs enfants du premier lit.
    Ils doivent aussi préserver les biens de leurs enfants du premier lit, qu’ils ont en usufruit, et leur assurer une portion raisonnable à leur propre succession.
  3. On rencontre beaucoup de remariages au cours de nos recherches généalogiques
    – Car un homme ne peut élever seul de jeunes enfants.
    – Car un femme ne peut subvenir seule aux besoins de ses enfants.
    – Il y a bien d’autres raisons à définir.

Voici des exemples d’hommes acharnés, mariés 5 fois !

  • Lucas Dupuis (ca1570-1649 Sosa 18244-18416):
    – avec Jeanne Descamps vers 1595: ils ont Marie, Estienne (Sosa 9122) et Jean (Sosa 9208)
    – avec Crespine Tonnelier vers 1610: ils ont Françoise
    – avec Julienne Tenon ( ? -1635)
    – avec Marie Brommede ( ? -1637) en 1636
    – avec Agnès Morizet en 1637.
  • Pierre Gravereau (ca1664-1725 Sosa 1640-3560):
    – avec Edmée Perrot (ca1664-1691) en 1687: ils ont Adrien (1689-1692) et Marie Edmée (1690-1691)
    – avec Simone Roy en 1691
    – avec Jeanne Bonvalet (ca 1667-1707) en 1693: ils ont 6 filles toutes mortes avant l’âge de 4 ans et un garçon, Jacques (1697-1767 Sosa 820-1780)
    – avec Gabrielle Galichet en 1708
    – avec Marie Garier (ca1664 -1739 Sosa 1643-3563) en 1712.

Les familles recomposées: parentés complexes

Elles ont toujours existées, non pas par ce que les couples divorçaient mais par le décès d’un des deux conjoints.

Voici quelques cas assez complexes:

    • Nicolas Jullain l’Aîné et son épouse Jehanne De Putheaux (Sosa 36484-36485) ont deux fils nés vers 1560-1565:
      – Nicolas Jullain le Jeune (Sosa 18242)
      – et Martin Jullain.
      A la mort de son époux, Jehanne De Putheaux se remarie avec un veuf, Nicolas Sageret l’Aîné qui a déjà au moins quatre enfants. Son nouvel époux devient tuteur de ses deux fils.
      Le nouveau couple a au moins deux fils :
      – Hiérosme Sageret
      – et Joseph Sageret.
      A la mort de son beau-père et tuteur, Nicolas Jullain le Jeune devient tuteur de ses deux frères utérins. Il épouse une Perrette Sageret, peut-être une fille du premier mariage de son beau-père ?!
    • Le couple précédent, Nicolas Jullain le Jeune et Perrette Sageret (Sosa 18242-18243) a quatre filles. Puis le père décède.
      – En 1606, Perrette Sageret épouse alors un veuf : Meslon Edeline, père de trois enfants (deux garçons et une fille). Le nouveau couple a alors 2 enfants.
      – En 1618, ils marient ensemble leurs enfants respectifs. Ainsi Denise et Guillemette Jullain épousent Jean et Simon Edeline avec qui elles ont été élevées depuis qu’elles ont à peu près 10 ans ! Ils ont même des demi-frères et demi-soeurs communs ! …
    • Jacques Boudin veuf en premières noces et père d’un garçon d’une dizaine d’année épouse en secondes noces Perrette Germain, déjà deux fois veuve et mère d’une fille issue de son premier mariage. Dix ans plus tard ils marient ensemble leurs enfants.
    • Girard Jeanne, jeune veuve d’une trentaine d’année et mère de 7 enfants âgés de 20 à 4 ans, se remarie avec un veuf, Jacques Poirier père de deux garçons. Neuf mois plus tard ils ont un fils et exactement un an après leur mariage, ils marient ensemble leurs enfants: Pierre Poirier et Louise Bisson. Comme précédemment ils ont même un demi-frère commun ! …
    • Leur fille Louise Poirier épouse en 1717 Pierre Soyer son parent au 4e degré: ils sont arrières-petits-cousins. Mais leur parenté ne s’arrête pas là. Le mois qui suit leur mariage, le marié devient en quelques sorte cousin germain par alliance de son épouse. En effet, sa tante maternelle Marie-Jeanne D’Arville épouse son beau-père Pierre Poirier.
    • Barbe Bruyant est tante et demi-soeur de ses frères et soeurs. Son père a tout simplement épousé la belle-soeur de sa fille, soeur de son gendre, et en a eu des enfants.
    • Un veuf épouse une jeune femme mère de plusieurs enfants naturels de pères différents. Leur unique fils a ainsi des frères consanguins et des frère et soeurs utérins, mais pas de frère ou soeur germain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.