Le mariage est un contrat entre un homme et une femme qui s’engage à vivre toute leur vie ensemble.

  1. Le mariage, un sacrement
  2. Avant le mariage: les fiançailles …
  3. Le jour des noces
  4. Les secondes noces et les familles recomposées
  5. Le divorce
  6. Le concubinage et les bâtards

3. Le jour des noces

  • Quand se marie-t-on ?
  • Qui se marie et à quel âge ?
  • Veille et avant-veille
  • Le cortège
  • À l’église
  • Le festin

Quand se marie-t-on ?

On remarque trois périodes qui semblent plus favorables aux mariages: février, juillet et novembre. Comment l’expliquer ? On évite les mariages pendant les grands travaux agricoles. Pour février et novembre, il y a sûrement un lien avec les périodes prohibées par l’Eglise:

  • de l’Avant à l’Epiphanie (du dimanche suivant le 26 novembre au 6 janvier);
  • pendant le Carême (40 jours du 6 février-10 mars au 29 mars-2 mai) jusqu’à l’octave de Pâques.

Le jour des noces lui-même n’est pas anodin:

  • dimanche et fêtes: exclus car le curé à d’autres messes à célébrer,
  • vendredi: jour de la mort du Christ donc maigre (imaginez un repas de noces sans viandes !),
  • jeudi: il ferait des maris cocus,
  • lundi et mardi: ils ont la préférence avant mercredi et samedi

D’après mon fichier comportant 4997 mariages:

lundi

23,23%

mardi

34,98%

mercredi

8,65%

jeudi

13,18%

vendredi

2,60%

samedi

10,18%

dimanche

7,18%

Et l’on se marie plutôt entre le levé du soleil et midi.


Qui se marie et à quel âge ?

“Le mariage chez les parents” se fait assez jeune, vers 25 ans pour les garçons et 21 ans pour les filles. Le jeune couple peut être entretenu par les parents de l’un ou l’autre.

Quand le mariage ne se fait pas “chez les parents”:

  • le garçon doit attendre d’être capable financièrement de s’établir, de fonder une entreprise agricole, artisanale ou commerciale qui puisse faire vivre sa femme et ses enfants;
  • la fille doit apporter une dot nécessaire au capital de départ d’un nouveau ménage, pour cela elle peut être obligée de servir de longues années.

Veille et avant-veille

Le mariage est le jour de gloire de la mariée, dès la veille sa mère, ses soeurs et les femmes de son entourage l’aident pour sa toilette. La robe de la mariée est neuve, de couleur vive (le blanc ne s’affirme qu’avec le dogme de l’Immaculée Conception en 1854), avec des galons ou rubans proportionnels à la dot ou à la richesse de ses parents. La mariée porte aussi un tablier symbole des travaux domestiques qu’elle aura a assumer.

Les futurs doivent se confesser et communier deux ou trois jours avant le mariage.


Le cortège

À la campagne, le cortège est mené par un musicien, puis suivent la fiancée au bras de son père, puis les parents et les invités, le fiancé au bras de sa mère ou de sa future belle-mère ferme le cortège.


À l’église

C’est l’essentiel de la cérémonie, là où se fait l’échange des consentements. Au cours de la messe, le prêtre bénit les mariés réunis sous un même voile (usage romain de la vélation). A partir du XIVe siècle, il introduit dans le rituel la formule ” Ego conjugo vos ” (Je vous unis) au moment où les mains des futurs époux sont jointes. Il bénit les mariés mais aussi la bague, le lit nuptial, … Le tout en présence de deux (1563) puis quatre témoins (1579) qui ensuite signent ou font leur marque sur le registre paroissial. Viennent ensuite des plaisanteries grivoises et c’est enfin la sortie de l’église accompagnée de distribution aux pauvres d’une partie du treizain, d’une poignée de grains ou de piécettes jetée à la volée (rite de fécondité). Aujourd’hui le lancer c’est inversé !


Le festin

En ville on file ensuite au cabaret malgré les interdictions synodales. A la campagne, le cortège se rend chez le père de la mariée pour le long repas des noces rythmé par des chants et danses. Ce rite comprend:

  • le service à table par le marié
  • le vol du soulier de la mariée, pour l’empêcher de courir
  • l’enlèvement de la jarretière, ensuite découpée et répartie entre les jeunes hommes à qui elle garantie de trouver bientôt une épouse
  • le bris de vaisselle, qui porte chance
  • le repas aux pauvres
  • les chansons, parfois paillardes.

S’ensuit le bal ouvert par la mariée puis le départ du jeune couple poursuivit par un groupe de jeunes, c’est le rite de l’escapade des mariés. Ils sont retrouvés et doivent boire une soupe aux noms divers selon les régions. Les jours suivant sont encore des jours de fête avec la famille.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.