Branche Rocard, débloquée !

Tout est parti d’Eloy Rocard époux de Marguerite Delianne que j’ai présentée ici CLIC. Ce couple a eut 2 filles : Marie-Marguerite Rocard (ca 1790-1825) et Elisabeth Marie Cornélie Rocard (1793-1851) qui est ma 6e aïeule. Toutes deux ont été “filles-mères”. C’étaient de petits ouvriers.

Eloy Rocard s’est marié à Paris, paroisse Saint-Nicolas-du-Chardonnet le 23 octobre 1787 avec Margueritte Lianne. C’est grâce à une fiche Andriveau trouvée sur Filae que je l’apprends. Elle se remarie toujours à Paris en l’An V avec Claude Didier.

extrait du Fichier Andriveau sur Filae

C’est une véritable enquête qui démarre.

  • Les premiers Eloi/Eloy Rocard que je trouve sont d’Ars-en-Ré. Je ne trouve aucune preuve allant en ce sens. Je garde cette info de côté.
  • J’en trouve d’autre dans l’Yonne, mais pas de preuve non plus.
  • Sur Paris, j’en trouve plusieurs, qui s’avèrent être un même marié 2 fois, un Eloi Roquart, valet de chambre du comte d’Ons-en-Bray mort avant 1783. Impossible.
  • Un certain Eloi Roquard qui passe un acte de notoriété portant renonciation à la succession de ses père et mère, Eloi Roquard (autre) et Anne Lefebvre de Migé dansl’Yonne.

C’est ce dernier qui pourrait correspondre. Je décide donc de consulter l’acte et c’est fait depuis cette semaine ! J’ai trouvé l’acte dans les minutes du notaire Étienne Innocent Chavet à la côte MC/ET/LII/631.

J’y ai appris qu’Eloy Roquard habite Rue des Boulangers paroisse Saint-Nicolas-du-Chardonnet. C’est justement la paroisse où mon Eloy Rocard s’est marié !

Nouveau plan routier de la Ville et Faubourgs de Paris, avec ses Principaux Edifices et Nouvelles barrières 1789 (Source : Gallica)

Il exerce la profession de “gagne-deniers”, selon la définition c’est une sorte de profession qui consistait à faire des commissions pour le service d’autrui à un prix qui, lorsqu’il était question d’affaires pécuniaires, était ordinairement d’un denier par livre. Autrement dit c’est un pauvre ouvrier parisien. Par l’acte notarié, il se retire donc de toute participation à la succession de ses parents sachant qu’elle ne lui causerait que des soucis.

Vue la rareté du prénom Eloi/Eloy, la rareté à Paris du patronyme Rocard ou toutes ses graphies, la paroisse identique 2 ans après le mariage, je pense pouvoir assimiler les deux Eloy Rocard comme étant un même homme. La différence d’orthographe du patronyme n’est qu’aléatoire car à Migé, son village d’origine, c’est bien Rocard avec un “c”. Et c’est même Eloy avec un “y” comme mon ancêtre.

Eloy Rocard est donc le fils d’un vigneron de Migé (89) au sud d’Auxerre, autre Eloy Rocard, et d’Anne Febvre. Tous ses ascendants sont des petites gens, guère fortunés. Il laisse au village un frère ainé et part pour Paris après le décès de son père en 1780. Il s’y marie donc en 1787, y agit en 1789 puis décède entre 1793 et le 19 mars 1797.

A-t-il participé à la Révolution ? Sa seconde fille née en 1793 n’est baptisée qu’en 1807 et sa veuve remariée en l’An V ne se mariera religieusement qu’en 1820 ! Hum hum ça sent les révolutionnaires…

1 réflexion sur « Branche Rocard, débloquée ! »

  1. Ping : Carabinier dans la cavalerie ! | Sur la piste de mes ayeuls

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *