À l’aide des registres d’état civil mais aussi et surtout des recensements, j’ai pu suivre le cheminement de cette dynastie de jardiniers, les Huguenin, qui exercèrent sur cent années.

(source : Heredis)

Le premier à exercer cette profession est Louis Jacques HUGUENIN. Il était né avant la Révolution en Haute-Marne en 1756 à Marbéville, fils de Jean et de Geneviève Mayence.

R.P. de Marbéville (A.D. de la Haute-Marne)

Il a suivi son frère Nicolas à Férolles-Attilly en Seine-et-Marnes dès 1766. Leur cousine germaine Marie Magdelaine Huguenin y épouse un jardinier, François Geoffroy, en 1770 avec lequel il a peut-être appris le métier, il sera un de ces témoins de mariage. Que sont-ils venus faire en Seine-et-Marne ? Mystère…

Puis il est allé s’installer près de Paris à Marnes-la-Coquette dès 1779 et s’y est marié en 1780 avec une fille sans doute venue y travailler, Marie Jeanne Soyer, originaire de Fontenay-le-Vicomte, dans l’Essonne. Hasard ou non, une arrière-grande-tante de Marie Jeanne Soyer y était décédée en 1713. Elle était alors domestique de Monsieur Jacques Poulletier intendant des Finances.

Louis Jacques HUGUENIN est alors jardinier du Sieur Charles Georges Chatelain, écuyer, conseiller du roi en ses conseils et contrôleur du roi, qui est institué son curateur quelques jours avant le mariage.

Source : A.D. de Versailles

Puis en 1787, il est jardinier de Mme Adélaïde Marie Madeleine Emerentienne Le Pot de la Fontaine, veuve depuis 1785 de Denis Paul Le Pot de la Fontaine, éperonnier de la petite écurie du roi, avocat, conseiller secrétaire du roi, receveur général des finances de la généralité d’Orléans.

En 1793, il est jardinier chez le citoyen Telles d’Acosta qui a acquis en 1760 le domaine de Villeneuve l’Etang. Tellès d’Acosta était le beau-frère du marquis de Rochambeau et il fut l’un des Grands Maîtres des Eaux et Forêts.

Il reste dès lors jardinier au domaine de Villeneuve l’Etang malgré les changements de propriétaires.

Villeneuve l’étang en 1820

En 1802, c’est le Maréchal Soult, Jean-de-Dieu Soult (1769-1851), duc de Dalmatie, qui acquiert le château et vient s’y reposer entre deux campagnes. Son épouse, Jeanne Louise Elisabeth Berg, s’adonnait à l’élevage d’un troupeau de moutons (16 béliers, 83 brebis et 21 mérinos).

Jean-de-Dieu Soult

Durant cette période, on retrouve Louis Jacques HUGUENIN cité jardinier du Maréchal Soult, duc de Dalmatie ou de son épouse la duchesse de Dalmatie, entre autres en 1806 et 1812.

En 1821, le Maréchal Soult cède Villeneuve l’Étang à la Duchesse d’Angoulême, Madame Royale, fille de Louis XVI et dauphine de France par son mariage avec le fils de Charles X. Comme sa mère, Marie-Antoinette, elle avait du goût pour la campagne et fit aménager comme elle, une laiterie. Elle fréquenta beaucoup Villeneuve, et y amena souvent son neveu, le jeune Duc de Bordeaux, fils de la Duchesse de Berry.

Marie-Thérèse Charlotte de France, par A.-F. Caminade en 1827.

Louis Jacques HUGUENIN est cité jardinier en chef chez Madame la Dauphine à Villeneuve l’Etang en 1826.

Commissioned by Queen Victoria in 1855

Celle-ci revend le domaine à M. de La Caze en 1831. S’agit-il du Marquis de Lacaze, Ernest Eugène Gauldrée-Boileau (1804-1877) ? Louis Jacques HUGUENIN meurt en 1836 toujours jardinier dans la commune, peut-être y a-t-il exercé jusqu’à cette date.


Le fils aîné de Louis Jacques HUGUENIN, Marie Georges Huguenin (1781-1859) s’installe épicier à Paris. Son second fils, Jean Louis Prosper HUGUENIN, né à Marnes en 1784, exerce avec lui jusqu’à son mariage qui a lieu en 1806 dans la commune voisine de Garches. Ses témoins de mariage sont M. Jean Baptiste Landriot 49 ans concierge du château de l’Étang à Marnes, et M. Louis Etienne Caille jardinier au château de Ville-d’Avray, 38 ans. Il est ensuite cité jardinier à Garches, le domaine de Villeneuve l’Etang ayant été rattaché temporairement à la commune de Garches, il y exerçait peut-être encore ? À moins qu’il ait trouvé un autre employeur.

Il perd sa femme en 1810 à Ville-d’Avray. Il y est alors jardinier et les témoins sont ses amis Louis Caille maitre jardinier et Louis Gaulard portier à la grille de Ville-d’Avray.

Château du Monastère à Ville d’Avray – Aquarelle de Christian Benilan (site)

Jean Louis Prosper HUGUENIN se remarie en 1810 et prend à nouveau pour témoin son ami Louis Etienne Caille jardinier, 40 ans. Il est alors jardinier chez Monsieur Chaulet à Ville-d’Avray. Son épouse, Antoinette Thérèse Giroux, appartient également à une famille de jardiniers, son grand-père paternel était jardinier à Marnes, déjà, ainsi que les hommes de la famille de sa grand-mère.

Lors des recensements de 1817 et 1818, Jean Louis Prosper HUGUENIN est à nouveau jardinier à Marnes-la-Coquette, et au moins jusqu’en 1819.

Lors du mariage de sa fille en 1825, Jean Louis Prosper HUGUENIN demeure à Versailles, 18 rue Dauphine et il est toujours jardinier. Peut-être dans un hôtel particulier ?

Versailles Plan Jean Delagrive (1746)

En 1838 au mariage de son fils, il est établi à Saint-Amans-la-Bastide, dans le Tarn, ville natale du maréchal, aujourd’hui devenue Saint-Amans-Soult. Le maréchal Soult l’avait donc emmener “dans ses bagages” pour être jardinier de son château. Sans doute était-il très satisfait de son travail ! Il y est donc parti dès la construction du château de Soult-Berg qui a eu lieu entre 1829 et 1835.

En janvier-février 1841, il réside rue Saint-Dominique-Saint-Germain, à l’Hôtel du Ministère de la Guerre dont son employeur le Maréchal Soult, duc de Dalmatie, est le ministre !

Hôtel de Brienne, Ministère de la Guerre

Y est-il pour affaire, hébergé par son employeur, ou bien y travaille-t-il comme jardinier ? Il est indiqué “logé” mais domicilié à Saint-Amans-la-Bastide, donc c’est provisoire.

Source : MC/ET/XXXV/1147 (Archives Nationales)

De 1854 à 1866, il demeure à Versailles, 10 Rue Berthier, puis de 1866 à 1869 il habite 34 rue Maurepas. Sa femme y décède en 1869. Il est donc revenu dans le quartier Notre-Dame de Versailles où il demeurait 40 ans plus tôt.

Au moins à partir de 1872 il est domicilié au Château de Lormoy à Longpont-sur-Orge où il a rejoint son fils Louis Paul HUGUENIN qui y était jardinier depuis 1841. Il décède le 3 avril 1875, rentier au château où travaille son fils.


Louis Paul HUGUENIN ne semble pas avoir suivi ses parents à Saint-Amans-la-Bastide. En 1836, il est recensé chez sa grand-mère paternelle Marie Jeanne Soyer, à Garches. Il est indiqué militaire, il a 25 ans.

Recensement de Garches 1836 (A.D. des Hauts-de-Seine)

Il se marie en 1838 alors qu’il est toujours dans l’armée. Il est brigadier au premier régiment de hussards et a obtenu l’autorisation de se marier du conseil d’administration du premier régiment de hussards. Il y avait urgence, sa future épouse, Charlotte Sophie Léopoldine Boudin, est enceinte de 5 mois. En avril 1839, il demeure 17 rue de Neuilly à Suresnes. Il est jardinier comme son père et son grand-père avant lui.

À partir de 1841, on le retrouve à Longpont-sur-Orge, jardinier-fleuriste au château de Lormoy.

Reconstruit en 1837 par Pierre Anne Dedreux pour monsieur Paturle, industriel lyonnais, le Château de Lormoy avait besoin d’un jardinier. Louis Paul HUGUENIN fut sur place dès les débuts.

Il y est jardinier-fleuriste lors de tous les recensements entre 1841 et 1876, sauf celui de 1866 qui le donne jardinier chef.

En 1862, le château est acquis et agrandi par la famille Say (sucrerie) : des ailes sont ajoutées et les toits modifiés par l’architecte Garon ; l’édifice de 1837 est le corps de bâtiment central actuel. L’allée des Marronniers dans l’axe du château et de la tour de Montlhéry a été percée en 1863 ; elle a été classée au titre des sites le 8 mai 1935.

Après le décès de son épouse survenu en 1878, il part s’installer à Montlhéry où il est limonadier en 1882. Il y était recensé l’année précédente au 1 Rue des Juifs. Il y décède, jardinier, le 8 août 1885.


Son fils ainé né à Lormoy en 1842, Charles Gabriel HUGUENIN, est jardinier avec lui au château jusqu’à sa mort survenue en octobre 1885, deux mois seulement après le décès de son père.


Son fils unique est jardinier à son tour. Mais lors du recensement de 1906, Paul Louis HUGUENIN vit avec son grand-père maternel et est indiqué plombier au chômage, il en sera de même en 1911 et 1921. Il meurt à Paris en 1923, célibataire. Il est le dernier jardinier de la famille.


Carte des grands déplacements de la famille Huguenin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.