De SECHERESSE à LE SECHE en passant par LE SEC

J’ai été très fière de débloquer cette branche de l’ascendance paternelle de mes enfants : les Lesèche !

Anne Lesèche est la mère du 4e aïeul de mes enfants, Etienne Rivet. Elle était née en 1822 à Linards et est décédée en 1879 à Châteauneuf-la-Forêt, le tout en Haute-Vienne.

Anne Lesèche et Etienne Rivet étaient sans doute de lointains cousins par les Rivet de Linards. En effet, ses parents étaient Jean Le Seiche et Jeanne Rivet. Mais surtout, Etienne Rivet était un jeune frère de Léonarde Rivet, la belle-mère d’Anne Lesèche depuis ses 5 ans 1/2, la seconde épouse de son père.

Jean Le Seiche est le 13e enfant de son père et le 5e de sa mère. Il est né à Aigueperse (87) le 28 juin 1787. Son père, Louis Le Seiche était exploitant de la forêt d’Aigueperse. Il m’a vraiment donné beaucoup de mal, cet ancêtre ! Mais j’ai réussi à reconstitué une bonne part de sa vie et j’en suis fière.

Louis Le Seiche est mort à Saint-Paul (87) en 1828 où il avait épousé en 1780 Anne Pin. Ils ont eu 8 enfants. Il est dit âgé de 110 ans et l’acte n’est pas filiatif bien sûr, pas plus que son acte de mariage de 1780. Par contre on y apprend qu’il est veuf d’Ursule Mounier et qu’il a un frère Jean Le Seche.

J’ai mis longtemps pour trouver cette première union et il me manque encore des naissances mais j’ai trouvé le mariage ! Il a eu lieu en 1760 à Sereilhac et j’y apprends qu’il est de la province du Poitou ! Le mariage de son frère a eu lieu à Magnac-Laval mais n’apporte aucune information d’origine.

Ce sont les relevés de registres paroissiaux d’associations locales qui m’ont permis de retrouver sa famille et son ascendance. Les deux frères sont fendeurs, ils voyagent au gré de leur travail. Ils vont de forêt en forêt. Et au gré de leurs déplacements, ils s’appellent Le Sec, Le Seche, Le Seiche, Leseche, Leseiche, Seche, Seiche, Lasseque, Lalesse !

Lieux de vie de Louis Le Seiche et son frère

J’ai retrouvé le mariage de leurs parents Jacques Secheresse et Catherine Masteau en 1736 à Saint-Secondin (86) et la naissance du frère Jean Le Sec en 1743. Louis Le Seiche doit être donc né entre en 1736 et 1742. Catherine Masteau était veuve d’un fendeur de bois et mère d’au moins trois garçons.

Jacques Secheresse venait d’Indre-et-Loir où il était né en 1700. Son père et homonyme également ou peut-être d’Indre. Il a vécu et eu des enfants dans ces deux départements entre 1676 et 1746…

Lieux de vie des Secheresse devenus Lesèche

Quelle fierté d’avoir pu débloquer cette branche qui me titillait depuis un certain temps !


Wahoo je viens de vivre un nouveau rendez-vous ancestral ! J’étais en train de m’assoupir après avoir écrit mon article et quand j’ai bien rouvert mes yeux, je n’étais plus chez moi en train de regarder cette superbe émission sur les singes. Non non, j’étais auprès d’un vieillard qui semblait bien épuisé.

La Dame de charité – Jean-Baptiste Greuze

Je me suis douté que c’était un Lesèche car maintenant je sais que ces expériences temporelles sont liées à mes recherches. Je ne les maitrise pas encore mais je ne désespère pas d’y arriver un jour. Quoi de plus extraordinaire ?!

Je me suis approchée de ce vieillard et je lui ai demandé s’il était Louis Le Seiche, cet aïeul qui m’a donné tant de mal. Il m’a souri. Je lui ai pris la main et ses yeux cernés, épuisés se sont posés sur moi avec tendresse. Je lui ai raconté mes recherches, mes interrogations. Je lui ai parlé de ses aînés dont je n’ai pas encore retrouvé le lieu de naissance. Je crois que ma voix l’a bercé car ses yeux ce sont fermés et il s’est endormi. Je l’ai regardé un moment, son visage parcheminé, usé par l’âge (non pas 110 ans mais plutôt aux alentours de 86 ans) et le rude travail, halé par le grand air où il a passé le plus clair de sa vie… Et puis j’ai commencé à m’assoupir.

Mon mari m’a secoué l’épaule pour me dire qu’il était temps d’aller dormir. Non mais vraiment, j’étais près de son ancêtre, j’espérais découvrir ce qui m’échappe dans sa vie et le voilà qui me ramène dans le présent !

Je regarde mon arbre une dernière fois et que vois-je ? Il s’est éteint le 18 octobre, à 6 heures précisément, en 1828. J’étais auprès de lui dans ses derniers instants et demain il ne sera plus…

Source : E.C. de Saint-Paul aux A.D. de la Haute-Vienne


52 ancêtres en 52 semaines – Semaine 42 : Fier
Challenge de Amy Johnson Crow


#RDVAncestral

Ce projet d’écriture, ouvert à tous, mêle littérature et généalogie. La règle du jeu est la suivante : Je me transporte dans son époque et je rencontre un aïeul. Le troisième samedi de chaque mois, retrouvez ainsi les belles rencontres que vous offrent les passionnés d’écriture :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *