Histoire de vilains …

Cette histoire m’est arrivée alors que j’allais avec ma fille m’occuper de notre cheval qui est au pré. Bien sûr c’était avant qu’on nous interdise même d’aller panser les chevaux tout simplement…

Chacune avec une caisse de pansage à la main pour notre ponette et sa copine de pré, une petite shetland, nous avancions sur le chemin qui longe les prés et la forêt.  Nous discutions tout en évitant les flaques de boues, les buissons épineux et les branchages quand j’ai été éblouie par le soleil. J’ai cligné des yeux et c’est alors que j’ai entendu crier ! J’avais beau me tourner je ne savais pas d’où cela venait et je ne reconnaissais pas les alentours ! J’ai continué d’avancer et les cris se sont intensifiés, plusieurs personnes semblaient échanger de vives paroles.

Fripon, fripon ! disait une voix âgée, très en colère, féminine.
Je vais t’arracher le blanc des yeux ! ” a repris la voix.

Et là une grand claque a résonné, ça ne fait aucun doute, c’est une claque que j’ai entendue ! Puis…
Vous n’avez pas raison de me battre je ne vous fais aucun tort …” a répondu une voix d’homme, bourrue et furieuse.

Alors j’ai continué à m’approcher doucement en essayant de me faire la plus discrète possible. Quelqu’un m’a attrapé la main pour me retenir. Mon cœur a fait un bon dans ma poitrine, mais les deux visages avenants qui me dévisageaient m’ont rassurée. Les deux femmes âgées d’une quarantaine d’années m’ont fait signe de ne pas faire de bruit. C’est alors que nous avons vu arriver deux hommes auprès de la femme qui devait bien avoir 80 ans et de l’homme qu’elle invectivait. Les deux hommes avaient aussi une quarantaine d’années.

Une des femmes près de moi m’a soufflé “C’est l’Aulbine avec sont fils Nicolas et Ledrest, son gendre” et l’autre femme a ajouté “l’autre c’est Noblecourt, un fripon.”

Ces noms me disaient quelque chose, mais impossible de me souvenir où je les avais entendus… L’un des deux nouveaux arrivants s’est écrié :

Touchez touchez moi ma mère ce gros bougre de mangeur de miette là !” Puis se tournant vers l’homme il lui a crié “Frappe donc bougre si tu es si hardi !
Touchez touchez ma mère il ne vaut rien” a renchéri l’autre.
Taisez vous mes enfants ! Pardieu j’en viendrai bien à bout de ce noble fripon là ! ” a répondu la vieille femme.

Que de colère ! J’en ai frissonné de peur, ou était-ce plutôt de froid ? C’est alors que je me suis rendue compte qu’il faisait vraiment froid ! On se serait cru en plein hiver ! J’ai commencé à me frictionner les bras pour me réchauffer.

Et là une petite voix m’a demandé : “Qu’est-ce que tu fais maman ? On y va ?!” J’ai regardé autour de moi, un peu perdue… J’étais sur le chemin menant au près de notre ponette le long de la forêt avec ma fille de 9 ans impatiente d’aller s’occuper de sa ponette qu’elle devait commencer à monter au printemps. Mais ça c’était avant. Même ce simple plaisir d’aller panser sa ponette en toute liberté, sans humain contagieux ou à contaminer à l’horizon, doit être à mettre aux oubliettes… Nous restons chez nous, restez chez vous !

Image : Marguerite de Livron

Aucun homme, aucune femme, plus de cris… Aurais-je encore une fois voyagé dans le temps ? Il semblerait bien ! Je n’avais plus qu’une hâte, rentrer à la maison pour chercher les noms qu’on m’avait soufflé : Aulbine, Nicolas, Ledrest…


#RDVAncestral

Voilà mon troisième Rendez-vous ancestral, un projet d’écriture, ouvert à tous, qui mêle littérature et généalogie. La règle du jeu est la suivante : Je me transporte dans son époque et je rencontre un aïeul. Le troisième samedi de chaque mois, retrouvez ainsi les belles rencontres que vous offrent les passionnés d’écriture :

J’ai pris plaisir à écrire ce #RDVAncestral et j’ai pu y ajouter la contrainte donnée le mois dernier par ma fille : intégrer la présence de chevaux, sa passion ! Ce soir, j’aurai une nouvelle histoire inédite à lui raconter.

C’est aux archives départementales, dans les séries B (cours et juridictions avant 1792, bailliage et prévôté) que j’ai découvert il y a un certain nombre d’années ces événements vraiment formidables !…

Aulbine Vilain épouse de Pierre Delaunoy et sa famille sont de mes ancêtres :

Famille impliquée (mes ancêtres sont marqués d’une étoile)

Et l’affaire qui nous occupe a été trouvée dans la série B aux A.D. 77 et concerne Bassevelle :

Source : Gallica

Année 1693 (11 pages):

    1. les faits datent du 4.1.1693
    2. 17.1.1693 plaidoyer de Pierre Noblecourt contre Aulbine Villain
    3. 22.01.1693 témoignages des parties
    4. 23.02.1693 jugement et condamnation à payer 29 livres 8 sols tournois
    • Témoignage de Marie Drieux: “le dimanche quatre du présent mois retournant de la messe de Bassevelle avec ladite Villain, ledit Noblecourt qui en revenoit aussi proche le merisier et du ponselle et passant près ladite Villain icelle Villain lui dit bonjour Monsieur et lui respondit bonjour Madame et sur cela ladite Villain se mit en colère et dit audit Noblecourt qu’il étoit un fripon ce qu’elle réitéra plusieurs fois et a vu qu’elle leva la main pour donner un souflet audit Noblecourt, n’a point vu donner ledit souflet puisqu’elle regardoit dans ce temps là d’un autre côté mais aussitôt a vu ledit Noblecourt tout effrayé et la joue toute rouge ladite Villain lui disant qu’il alloit épouser une fille qui étoit le reste aux autres dans ce temps là lesdits Nicolas Delaunoy et Ledret arrivèrent et ledit Nicolas Delaunoy dit audit Noblecourt frappe donc bougre si tu es si hardi après quoi ladite Villain quitta et s’en alla et Noblecourt lesdits Ledret et Delaunoy se séparèrent.”
    • Témoignage de Marie Grouard: “… ladite Villain se mit en colère et elle dit audit Noblecourt plusieurs fois qu’il étoit un fripon qu’il ne valloit rien et qu’il falloit qu’elle lui arrachoit le blanc des yeux et lui donna en même temps un souflet sur la joue gauche lequel Noblecourt lui répondit vous n’avez pas raison de me battre je ne vous fais aucun tort … ledit Delaunoy “touchez touchez moi ma mère ce gros bougre de mangeur de miette là” et ledit Ledret dit “touchez touchez ma mère il ne vaut rien” laquelle Villain répondit “taisez vous mes enfants pardieu j’en viendrai bien à bout de ce noble fripon là”.
    • Témoignage de Marie Chanteron: “… Laquelle Villain dit encore audit Noblecourt que s’il étoit un honnête garçon il ne poursuivoit pas la fille à marier (?) …”

Ce n’était pas leurs seuls démêlés avec la justice ! En 1661 Pierre Delaunoy a blasphémé le saint nom de Dieu : “Par la mort Dieu” !

En 1676, c’était au tour de Pierre Hulcocq de blasphémer (“Mort Dieu, Sacré Dieu”) ce qu’il recommence en 1696 puisque mes Vilain et Delaunoy en sont alors témoins ainsi que de ses violences.

Voici d’autres événements encore les concernant :

Source : inventaire du supplément à la série B aux A.D.77 – juste avant 1694

Source : inventaire du supplément à la série B aux A.D.77 – 26.4.1697

    1. 26.4.1697 assignation et témoignage du chirurgien de Charly sur les blessures de Pierre Le Grand
    2. 29.4.1697 condamnation à payer 18 livres pour subvenir à la nourriture de Pierre Legrand
    3. 18.5.1697 prise de corps
    4. 21.5.1697 assignation à comparaître
    • Témoignage de Jacques de Lugny: “… Aulbine Villain qui disoit à la femme dudit Le Grand qu’elle garde son homme pour elle…”
    • Témoignage de Nicole Michel: Aubine Villain ” répondit que celà étoit bien vilain auxdits Legrand et sa femme de botter du bois qui étoit en commun avec ledit Ledret”
    • Témoignage de Pierre Noblecourt: Pierre Legrand lui dit “vous voyez bien comme je suis accomodé, je vais à Charly en faire ma plainte à la justice. C’est Ledrest sa femme et sa belle-mère qui m’ont battu et ledit Ledrest me vouloit assassiné avec son couteau et que sa femme l’avoit terrassé à terre et tiré par les cheveux”

Pierre Noblecourt qui témoigne à présent contre ses anciens agresseurs, est-ce bien normal, fait-il bien preuve de neutralité ? Toujours est-il que mon ancêtre Ledrest est vraiment pas mal dans son genre aussi !!!

Beaucoup de photocopies à lire et relire pour mieux entrer dans la vie de nos ancêtres !

Et vous avez-vous trouvé de tels actes ?

7 réflexions sur « Histoire de vilains … »

  1. Ping : Numéro 43 – mars 2020 – #RDVAncestral

  2. Stanislas

    Incroyable ce que tu as trouvé !!
    De quoi te rendre compte véritablement de qui étaient tes ancêtres et de ce qu’était leur quotidien. Bonne lecture de ce qu’il te reste en photocopies

    Répondre

Répondre à Béatrice Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *