Archives de catégorie : Vie d’Antan

Des métiers de voyages

Des métiers de voyages

Nos ancêtres connaissaient différents types de migration:

  • la micro-mobilité (petits déplacements aux alentours de son clocher)
  • la mobilité d’établissement (suite à un mariage)
  • les flux de population entre campagnes et villes
  • les migrations de déracinement (comme celles des protestants)
  • les migrations saisonnières et temporaires
  1. Le scieur de long
  2. Le marchand de Savoie

Continuer la lecture

Consanguinité et mariages entre cousins

Si on fait le calcul du nombre de nos ancêtres, on a 2 parents, 4 grands-parents, 8 arrières-grands-parents, etc … Ainsi, on a à peu près 256 ancêtres qui ont vécu la Révolution. Le nombre d’ancêtres vivants en 1650 (date “raisonnable” en fonction des archives existantes) se monte alors à plus de 4000.

On aurait ainsi 2 milliards d’ancêtres ayant vécu à l’époque de Charlemagne ! C’est impossible, on aurait plus d’ancêtres que la population mondiale !!!

Ce calcul qui multiplie par 2 les ancêtres à chaque génération est théorique. En fait, nos ancêtres se mariaient entre cousins plus ou moins éloignés.

“Pour les recherches généalogiques, cela facilite la tâche car cela réduit le nombre d’ancêtres à chercher; par exemple, deux cousins germains qui se marient ensemble n’ont à eux deux que 6 grand-parents différents au lieu de 8.

Continuer la lecture

Les métiers de la rivière : danger !

D’écluse en écluse, de courant de rivière en chemin de halage, la corporation des mariniers mène une vie rude sur ses bateaux. Certains y laissent même leur vie…

Depuis toujours, les rivières et les fleuves ont constitué des axes majeurs de communication. L’histoire des transports fluviaux en France est connue depuis la Gaule Romaine. Ils étaient alors divisés en Naviculaires (longues distances) et Candiculaires (courtes distances et transbordements). Puis la navigation fluviale connaît un déclin au XIe siècle à cause du morcellement du territoire et des taxes imposées par les Seigneurs. Mais les hanses (groupement de marchand) vont se substituer aux seigneurs et relancer l’activité. Les mariniers sont pour autant toujours lourdement taxés. Avec la Révolution, la situation va s’améliorer et au XIXe siècle, se développe une navigation liée aux canaux, les bateaux vont aussi changer.

Gravure d’Edmond Tudot, XIXe siècle Coll. mab

L’outil du marinier, c’est son bateau. Pendant une longue période chaque région, chaque rivière avait son type de bateau, adapté aux conditions des fleuves et canaux locaux.

Estienne Tixier, marinier de Samois âgé de 44 ans, dernier enfant d’Estienne Tixier (1583-1642) et de Cécile Barthélémy (ca 1589-1651), né en 1627, s’est noyé au Pont Notre-Dame à Paris le 10 décembre 1671. Il est le frère de mon ancêtre Guillaume Tissier (1611-1641) aîné des enfants du couple.

La joute des mariniers entre le pont Notre-Dame et le pont au Change, Nicolas Jean-Baptiste Raguenet (1715-1793) – Musée Carnavalet

Lors de ses trajets, le marinier rencontre le Maître des Ponts, appelé chableur sur la Haute Seine, qui l’aide à passer sous les ponts à l’aide de sa flette (barque), de cordes et autres équipages.

Jean Duval, maître chableur du Pont de Samois, âgé de 32 ans, fils de Jean Duval (ca 1604-1648) et d’Aymée De La Vigne (1610-?), s’est noyé à Villeneuve-Saint-Georges le 18 mars 1663. Il est le petit-fils de mes ancêtres : François Duval (ca 1680-1633) et Barbe Chesehard (1578-1642).

Vue de Villeneuve-Saint-Georges, dessin à la plume et lavis à l’encre brune et à l’encre de Chine, XVIIIe siècle – Gallica

La rivière est calme, tumultueuse, elle est dangereuse …

Marie Hémon, âgée de 4 ans, dernière enfant de Gilles Hémon et de Nicole Olivier, s’est noyée dans la rivière de Seine le 27 avril 1759. Elle est la sœur de mon ancêtre Léonarde Hémon (1632-?), aînée des 12 enfants et issue du premier mariage de Gilles Hémon avec Guillemette Descamps (?-1634).

La Seine à Bougival, Alfred Sisley – Musée d’Orsay

L’acte de décès d’Hylaire Marouteau est exemplaire par ses détails. C’est un jeune garçon de 17 ans, aîné des 9 enfants de défunt Jean Marouteau (1633-1674) et de Barbe Catrix (1638-1704). Il s‘est noyé dans la Seine le 28 juin 1676. Il était le frère de mon ancêtre Jean Marouteau (1673-1746) dernier enfant du couple avec son jumeau mort-né.

Sources : Samois-sur-Seine – A.D. de Seine-et-Marne

Ce vingt & huicte jour de juin mil six cent soixante et seize Jay enterre Hilaire Maroteau decede du jour dhier au soir sur les neuf heures, dune mort impreveue et soudaine septant malheureusement noye en se baignant a la queüe de lisle qui est au dessous dupont de cette paroisse de Samois Et ce en presence de Baptiste Charier, Jean Berthelemi Estienne Barbier, Pierre Mousse, Jacques Menard, Charles Petit & de plusieurs autres tesmoins qui certifient que led Maroteau entra dans leau sur les neufs heures & quayant dabord trouve une fosse il perdit pied, & quils le virent les uns une fois & les autres deux fois revenir sur leau, apres quoy il disparut & son corps fut retire de leau environ une heure apres, ensuitte dune exacte recherche qui en fut faitte par plusieurs, son corps ayant este enfin trouve par led Jean Berthelemi & tire de leau par Estienne Barbier & Marie Barbier, lequel fut en suitte ens…eli & transporte processionellement dans nostre Eglise dud Samois par nous prieur soubsigné a la requisition de Barbe Catrix veuve Jean Maroteau & mere dud Hilaire Maroteau deffunt & de plusieurs parents & habitans ou il a passe la nuit a la garde & soubs la protection des divins autels. Enfin ayant aperceu ce matin sur les six heures avec lesd parents du deffunt & plusieurs habitans que led cadavre avoit respandu & respandoit encore beaucoup de sang & tendoit par le neez & aprochoit dune grande corruption a cause de lexcissive chaleur de la saison, nous prieur susd soubsigne sur la remonstrance et de lavis  de plusieurs habitans dont plusieurs sont parents dud deffunt & particulierement de laditte Catrix sa mere, lui avons donne la sepulture ecclesiastique, dautant plus volontiers quil a vescu en bon & veritable chrestien aymant le service de Dieu honorant sa ditte mere dune obeissance fillialle & respectueuse en luy residant depuis son veuvage tous les devoirs & tous les services qune mere put jamais attendre de son enfant, il est mort aage de prez de dix sept ans, & regretté dun chacun a cause de la sagesse de la conduitte  & de la bonte de ses meurs, en foy de quoy plusieurs des assistans a sa mort ont signes & les autres entre lesquels sont Jacques Bernon, Noel Dupont ont declare ne scavoir signer avec laditte Catrix sa mere.


Compléments :