Gabelle du sel #ChallengeAZ 2019

Gabelle du sel : recensement en 1561 !

Quel généalogiste n’a pas rêvé de découvrir des recensements avant le XIXe ? Et bien en Savoie on est gâtés puisque la Gabelle du sel date de 1561 !

Toutes les familles savoyardes ont été recensées cette année-là de maison en maison, hameau par hameau. C’est un dénombrement exhaustif de la population qu’aucun État n’avait jamais entrepris pour lever un impôt ! Les feux sont décrits avec la composition familiale, le niveau de richesse ou pauvreté avec les mentions de “pauvre” ou “misérable”, parfois les métiers et le bétail. On peut faire une étude sociale du village en étudiant l’importance des communautés, les prénoms, noms et surnoms, la présence de religieux, les enfants naturels, les serviteurs et servantes, les absents… S’il n’y a pas d’information systématique sur l’âge des individus, il y a tout au moins la catégorie des “moindre de 5 ans”.

Les gabelles sont consultables ici sur le site des A.D. de la Savoie.

Mais le déchiffrage des documents est difficile, parfois rebutant même ! J’ai déchiffré plusieurs gabelles du secteur de mes ancêtres.

En la maison de abel pelloux hoste
Led(it) abel
ayme son frere hoste
abs(ent) Rollet son frere
Vincende leur mere
Jehanne f(em)me dud(it) abel
nycolas
Fran(çoi)se ses enffans
mya f(em)me dud(it) ayme
Claude son filz
Claudine leur s(er)vente
Thevenet leur ser)viteur
moindre de 5 ans
Jehan filz dud(it) abel
Charles fils dud(it) ayme

Source : Gabelle du sel 1561 – SA 2004 – Mandement du château de Faucigny

J’ai exploité celle de Viuz-en-Sallaz :


Mais pourquoi cette gabelle ?
Pour imposer la population bien sûr ! Le sel est un élément vital et c’est aussi le seul moyen de conserver les aliments à l’époque. En Savoie, le sel provient des Salines de Moutiers et de Conflans, en Tarentaise, mais c’est insuffisant aussi un complément est acheté à l’étranger. Par le Traité d’Utrecht en 1713 la France se doit de couvrir les besoins en sel de la Savoie à un prix politique très réduit. Il est principalement remonté des salines du Midi par le Rhône.
Personne ne peut se passer de sel alors le duc Emmanuel Philibert institue pour la première fois en Savoie le monopole d’État de la vente du sel et sa gabelle. Par un Édit du 19 août 1561, il fixe une quantité minimum d’achat de 93 onces par trimestre et par personne soit environ 11,4 kg par an.  Mais dès 1564 la gabelle est remplacée par une capitation annuelle de 15 sous par tête et connait ensuite d’autres modifications. Les enfants de moins de 5 ans en sont exemptés d’où leur classification spécifique !

Mais voilà, pour le généalogiste d’aujourd’hui, la gabelle est là pour son plus grand plaisir ! Alors malgré la difficulté que représente son déchiffrage, il ne faut pas hésiter à la consulter d’autant que les Gabelles du sel sont en ligne sur le site des A.D. de la Savoie pour toute la Savoie historique ! C’est par ici !

Au fils des actes notariés ont peut aussi découvrir les élections des regrattiers (ceux qui vendent le sel au détail aux gabellants des communautés à un comptoir ou petit magasin, appelé banc à sel).

Et pour tout savoir, un dossier complet sur Sabaudia.org  ici ! et un autre par !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *