52 ancêtres en 52 semaines : Semaine 3 – Nom inhabituel

Des noms de baptême inhabituels ? Hum hum j’en ai tellement ! En vérité ils ne sont inhabituels que parce que nous vivons dans une autre époque, dans un autre lieu… Mais il est vrai que certains étaient tout de même assez rares ou inhabituels même en leur temps.

Voici un cas original :

Au bout de la terre de France, au milieu des marais de la Souche, en limite des forêts des Ardennes et de Thiérache, le hameau de Liance vit naître en 1134 le départ pour la croisade de trois chevaliers de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem (ordre de Malte aujourd’hui), de la famille d’Eppes, les deux sires d’Eppes et le seigneur de Marchais.

Faits prisonniers à Ashkelon, ils sont transférés au Caire où le sultan, El-Afdhal, veut les voir embrasser la foi musulmane. Face à leur refus, il finit par leur envoyer sa fille Ismérie pour les convertir. Mais ils parlèrent si bien de Jésus et de sa mère que la jeune fille demanda à voir une image de la Vierge. Ne sachant sculpter l’image promise, ils prient et s’endorment. Pendant leur sommeil, des anges apportent une statue de bois noir, d’une perfection extrême, qu’ils présentent à la jeune fille le lendemain.

Apparaissant à Ismérie dans la nuit suivante, la Vierge l’invite à libérer les chevaliers et à partir avec eux pour se faire chrétienne. La fuite se fit dans la nuit et ils finissent par s’endormir d’épuisement au bord du Nil. Ils se réveillent le lendemain et ne reconnaissent pas le lieu. Demandant à un passant, ils se découvrent revenus à Liance, dans le domaine de Marchais dont un des trois est le Seigneur. Ils construiront une chapelle au lieu de leur réveil et ensuite une église un peu plus loin, dans un lieu désigné par la Vierge elle-même. C’est la basilique de Liesse, haut lieu de pèlerinage pendant plus de 800 ans !

Des compléments sur cette histoire par ici


J’aurais aussi pu vous parler de prénoms plus communs régionalement ou avec des associations originales…

 

Une ancêtre qui ne pouvait être que d’une douceur et d’un calme extrême !


Voici un prénom, Vedestine, qui m’a donné du mal ! Finalement c’est une déformation de Vedastine, dérivé savant de Vaast, Waast (Vedastus) un des saints les plus révéré du nord de la France, l’évêque Saint Vaast d’Arras au VIe siècle. Il aurait tenu la couronne du roi Clovis lors de son baptême par Saint Rémi.


Aujourd’hui Colson est avant tout un nom de famille mais c’était à l’origine un nom de baptême, forme contractée de Collesson, un dérivé régional de Nicolas que l’on rencontrait surtout en Champagne et Lorraine !


Dans une branche de mon arbre j’ai recensé un Pierre Pons, j’en ai rencontré d’ailleurs un certain nombre au fil des registres dans cette région de France (Aubrac) !Une ponce ou, plus usuellement, en apposition, une pierre ponce, est une roche volcanique très poreuse et de faible densité, fréquemment inférieure à 1, ce qui lui permet de flotter à la surface de l’eau.

Elle est formée à des températures de l’ordre de 500 à 600 °C. La lave projetée en l’air se refroidit très vite et la chute de pression entraîne un dégazage qui forme des bulles, d’où la porosité et la faible densité de la pierre. La forme la plus avancée de la ponce est la réticulite qui forme littéralement une mousse. La ville romaine de Pompéi est couverte de ponce de phonolite.

Elle est utilisée depuis longtemps comme exfoliant dans les hammams et les salles de bains privées pour râper les callosités des pieds et des coudes.

La poudre de ponce plus ou moins fine a longtemps été utilisée pour l’entretien de la maison, jusque dans les années 1970 en France. Elle servait de poudre à récurer les éviers, par exemple, de poudre à couteaux pour polir leur lame. Elle sert toujours pour le ponçage fin des bois vernis. Mélangée à du savon noir elle était utilisée par les mécaniciens pour ôter le cambouis de leurs mains. Cela fonctionne aussi avec de l’encre de stylo ou de l’encre utilisée par les imprimantes.

La pouzzolane, une forme de pierre ponce finement broyée, peut être mélangée à de la chaux pour obtenir un béton léger, lisse et plâtreux. Ce type de béton était déjà utilisé dans l’Antiquité par les Romains.

En France ils existe des gisements dans le Massif Central, dans le secteur des Monts Dore !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *