Les nobles d’Alioncourt au Comté de Bourgogne (4)

(précédent)

Je vous présente mon point de vue sur cette ascendance d’Alioncourt après mon passage aux Archives départementales du Doubs.

Damoiselle Blaise d’Allioncourt agit avec son mari Loys Machard écuyer, Sieur de Chassey, de Bonne en Faucigny, le 23 juin 1569. Ils constituent leur procureur pour une prise de fief et dénombrement, Noble homme Symond Gregoire, maitre de forges de Vy.

Source : Archives départementales du Doubs – 1 B 2942

Mais le couple décède avant mars 1571 puisque leur procureur Symon Gregoire agit pour leur fils Charles de Machal, seigneur de Chassey en partie et de Couvette en Savoie, en donnant son dénombrement le 23 mars 1571.

Source : Archives départementales du Doubs – 1 B 2364

Noble seigneur Charles de Malchard seigneur à Chassey et de Chille en Savoie nomme son procureur noble seigneur Jean de Sacqueney seigneur de Filain pour donner son dénombrement le 19 février 1584, car il est du pays de Savoie au service du duc de Savoie ayant charge d’une lieutenance de compagnie et capitaine au ressort et château de Bonne. Il fait son dénombrement le même jour à Chassey et son procureur le remet le 25 avril 1584.

Source : Archives départementales du Doubs – 1 B 2364

Il signe l’acte “de Machard”:

Source : Archives départementales du Doubs – 1 B 2364

Dans les dénombrements des autres seigneurs de Chassey, les Machard se rencontre sous les dénominations: Mauchard, Maulchard, …

Certaines terres dénombrées sont mitoyennes avec celles d’Ysabel d’Alioncourt.

Le 11 septembre 1569 au Petit Crosey, Demoiselle Ysabel d’Alioncourt, veuve de Regnauld de Crosey écuyer, donne procuration à ses fils Anthoine et Jehan de Crosey, écuyers.

Source : Archives départementales du Doubs – 1 B 2364

Dénombrement de Damoiselle Ysabel d’Alioncourt, veuve de Regnauld de Crosey écuyer , passé à Petit Crosey le 31 décembre 1583, accepté le 17 mars 1584.

Source : Archives départementales du Doubs – 1 B 2942

 

Blaise et Ysabel d’Alioncourt sont contemporaines, leurs terres sont parfois mitoyennes, elles en partagent même certaines. Elles sont sans doute sœurs. Elles pourraient être apparentées à Claude d’Alioncourt dont je vais à présent parler qui pourrait être originaire de Chassey, le curé de la paroisse de Chassey étant un de ses témoins.

Claude d’Alioncourt, écuyer, achète une pièce de pré “Le Pré Gouget” ou “Le Pré des Roys” situé au finage de Montferney, au lieudit en Martenot, contenant environ deux chars de foin. Il est franc de toutes charges excepté les charges seigneuriales, et ceci pour une valeur de 6 francs 8 gros. Fait à Montbozon le 15 mars 1528 en présence du curé de Chacey Jaques Lambert.

Source : Archives départementales du Doubs – 1 B 1801

Le 12 février 1537 à Rougemont, Claude d’Alyoncourt écuyer, vend à honorable homme Simon Challot notaire public de Rougemont une pièce de pré au finage de Rougement, au lieudit en Martenot contenant environ deux chars de foin pour 12 francs. Il n’en paie que 2 francs en monnaie blanche le reste lui étant dû comme sa pension de l’état de procureur en la seigneurie de Rougemont qu’il lui doit comme receveur de Rougemont.

Source : Archives départementales du Doubs – 1 B 1801

En Franche-Comté, deux systèmes monétaires cohabitent. La monnaie estevenante des évêques de Besançon, exprimée en livres, sols, deniers et la monnaie comtale dont l’unité est le franc divisé en 12 gros de chacun 4 blancs ou 12 engrognes ou 10 niquets.

Franc comtois 1537

 

Mais une autre mention va apporter un nouvel éclairage ! C’est dans le terrier de François de Pierrefontaine réalisé en 1564 qu’il est question des héritiers de Guyod d’Alincourt.

Source : Archives départementales du Doubs – 1 B 2365

Qui est donc ce Guyod d’Alincourt ?

Dans mes notes remontant au début de mes recherches sur cette famille en 1994 j’ai une mention d’un Guiot d’Alioncourt dit Regnard écuyer entre octobre 1494 et mars 1495 (source Peincedé, Archives départementales de Dijon). Une chance cette source est maintenant en ligne ! À voir par ici !

Guiot d’Alioncourt est dit Regnard et il est cité juste après Jean Regnard seigneur de Sorans, est-il de la famille Regnard / Renard de Bermont ? Sorans est un peu plus en aval de l’Ognon qui passe  également près de Chassey, un peu plus en amont de Ruffey que je vais maintenant évoquer.

En fouillant sur le net, j’ai découvert une mention de Guyot d’Alloncourt qui reçoit en 1490 une procuration avec Jacques de Vyt pour agir au nom de Marie de Rougemont, dame de Grignon.

Source : Histoire de Brussey, village comtois de la vallée de l’Ognon, Robert Monnet, 1966

Nous revoici en présence de cette famille de Rougemont qui posséda la seigneurie de Chassey que les d’Alioncourt possédait en partie ! Jacques de Vyt est sans doute ce Jacques de Vy petit-fils de Jacquette de Rougemont. On peut penser que Guyot d’Alioncourt était un descendant des Rougemont lui-aussi, à moins qu’il ne soit l’époux d’une Rougemont. Voir ici pour la transmission de Chassey.

Blaise et Ysabel d’Alioncourt sont-elles les filles de Claude et les petites-filles de Guyot ou bien les filles de Guyot et éventuellement les sœurs de Claude d’Alioncourt ?

Nous savons qu’elles vivent jusqu’aux années 1569-1584, qu’elles ont des enfants au moins dans les années 1540-1550 car deux enfants de Blaise se marient dans les années 1565-1566. Ysabel a deux enfants en 1546 et 1550 à Petit-Crosey et deux autres de ses enfants agissent pour elle en 1569.

Source : Archives départementales du Doubs – RP Crosey-le-Grand

Blaise et Ysabel d’Alioncourt sont donc nées entre 1500 et 1525. Comme Claude d’Alioncourt agit en 1528 et 1537 il peut être leur frère ou leur père, aussi bien que Guyot d’Alioncourt qui agit en 1490-1495. Il faudra encore chercher pour éclairer l’ascendance…

Une réflexion au sujet de « Les nobles d’Alioncourt au Comté de Bourgogne (4) »

  1. Ping : Les nobles d’Alioncourt au Comté de Bourgogne (3) | Sur la piste de mes ayeuls

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *